Tu as tendance a presser ou a trainer ou tu vas JOUER A MON TEMPO BORDEL

Avis sur Whiplash

Avatar Jean Noel Rouxel
Critique publiée par le

Expérience intimiste d’une violence rarement atteinte on ressort éreinté et vidé par la tension imposée lors de la vision de l’excellent Whiplash. Tourné en 19 jours avec un budget limité Damien Chazelle votre américain le plus français a dû s’adapter à de nombreuses contraintes afin de réaliser son deuxième film.
Tout a commencé avec un court métrage homonyme réalisé en 2013 qui remporte le prix du Jury au Festival de Sundance. Andrew Neiman contrairement au court métrage est interprété par Miles Teller. Rôle terrible qui l’oblige à subir un harcèlement oppressant qui le transforme et le marque. Cette pression ultime est exercée par son professeur JK Simmons joué par l’EXTRAORDINAIRE Terence Fletcher.
Celui-ci va le repousser dans ses retranchements en le manipulant à sa guise de façon perverse et cynique alternant approche et refus violent. Les humiliations constantes sont difficilement supportables tant elles paraissent réelles. Celles-ci auront comme conséquences de l’amener à l’excellence et de réussir à lui faire sortir avec haine le meilleur de lui-même et d’imposer le respect à son oppresseur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 105 fois
5 apprécient

Jean Noel Rouxel a ajouté ce film à 8 listes Whiplash

Autres actions de Jean Noel Rouxel Whiplash