Bande-annonce
Affiche Boogie Nights

Boogie Nights

(1997)
12345678910
Quand ?
7.6
  1. 19
  2. 24
  3. 53
  4. 122
  5. 374
  6. 1021
  7. 3092
  8. 3876
  9. 1671
  10. 463
  • 11K
  • 1K
  • 6.3K

En 1977, le jeune Eddie Adams est plongeur dans une boîte de nuit à la mode de San Fernando Valley, banlieue de Los Angeles. Sa vie de famille n'est pas rose, entre un père muet et une mère hystérique qui lui reproche d'être un raté. C'est alors qu'il fait la connaissance de Jack Horner, qui va le...

Casting : acteurs principauxBoogie Nights

Casting complet du film Boogie Nights
Match des critiques
les meilleurs avis
Boogie Nights
VS
"I'm Dirk Diggler. I'm the star. It's my big dick and I say when we roll."

En guise de préambule, je tiens à préciser que je suis un fan inconditionnel de Paul Thomas Anderson, que Magnolia est mon film préféré, et donc, si je manque de discernement lorsque je parle de lui, il faut d'avance m'en excuser. Maintenant que cela a été précisé, je peux commencer ma critique. Ce film est une réussite complète. Autant le premier visionnage (il y a au moins 3-4 ans) ne m'avait pas marqué plus que ça, autant ce second s'est avéré carrément génialissime. On a souvent reproché...

66 8
Avatar l'homme grenouille
4
l'homme grenouille
Critique de Boogie Nights par l'homme grenouille

Aborder intelligemment le phénomène porno dans les années 1970, personnellement, ça m’intéressait pas mal… Parce oui, ça ne pouvait qu’être intelligent, puisque c’était Paul Thomas Anderson qui était aux commandes (et d’après la bonne société, il parait que c’est un réalisateur intelligent). Alors certes, je ne dis pas, il y a un ton dans ce « Boogie Nights » qui parvient à saisir quelque chose, aussi bien dans l’innocence, la jouissance mais aussi la vacuité de cette forme de «... Lire la critique de Boogie Nights

6 2
Critiques : avis d'internautes (101)
Boogie Nights
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Portrait d'une star au rayon X.

Si le premier film de Paul Thomas Anderson, "Hard eight", n'eu droit qu'à une exploitation confidentielle (le film ne sortira d'ailleurs qu'en vidéo chez nous), son second, "Boogie nights", le propulsera sur le devant de la scène, la critique le voyant dès lors comme un des cinéastes américains les plus prometteurs du moment, ce que viendra confirmer ses essais suivants, bien que de plus en plus... Lire la critique de Boogie Nights

107 11
Avatar Gand-Alf
10
Gand-Alf ·
La liberté, ses excès et le retour de l'ordre moral

Deuxième long métrage mais véritable point de départ de la filmographie de PTA, Boogie Nights est peut-être le film qui s'accorde le mieux avec la manière de filmer si personnelle qu'a le cinéaste. Cette sorte d'incapacité à faire des plans fixes, cette volonté d'épater la galerie avec des mouvements de caméra audacieux mais un peu vides de signification, cette liberté formelle accompagne... Lire la critique de Boogie Nights

27
Avatar SanFelice
7
SanFelice ·
Gloire et déchéance d'une star porno

De 1977 à 83, dans une ambiance libertaire encore épargnée du sida et du mercantilisme dévastateur de l’industrie de la cassette vidéo adulte, un réalisateur de films érotiques repère un grand ado exceptionnellement bien monté, dont la carrière le propulsera très vite au rang de star nationale du porno. La première partie relate l’ascension fulgurante d’une célébrité d'un jour,... Lire la critique de Boogie Nights

4
Avatar etiosoko
7
etiosoko ·
Découverte
Retiens les nuits

Boogie Nights est le film de l’envol pour Paul Thomas Anderson : passée la case du premier film, petite copie proprette, il est désormais temps d’affirmer sa singularité. Il est intéressant de voir à quel point cet opus entre en résonance... Lire l'avis à propos de Boogie Nights

52
Avatar Sergent_Pepper
7
Sergent_Pepper ·
Jack says you've got a great big cock

Des plans séquences à profusion et une OST qui poutre. Voilà comment on pourrait résumer formellement Boogie Nights. Et le fond alors ? On pourrait résumer ainsi : un fan de Scorsese tente de réaliser son Raging Bull, son Goodfellas, avec pour pitch l'ascension, la gloire puis la descente aux enfers d'un acteur porno, à cheval sur les années... Lire la critique de Boogie Nights

34
Avatar Hypérion
7
Hypérion ·
Toutes les critiques du film Boogie Nights (101)
Bande-annonce
Boogie Nights
Vous pourriez également aimer...