Illustration Claque esthétique (films)

Les plus belles claques esthétiques selon Thaddeus

Avatar Thaddeus Cette liste de 20

films

par Thaddeus est une réponse au sondage Les plus belles claques esthétiques

Je me suis limité à vingt films en tout et à un film par réalisateur : c'est dans la contrainte que les tops trouvent leur valeur.

L'ordre de la liste est chronologique.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Duel au soleil (1946)

    Duel in the Sun

    2 h 24 min. (France). Western et drame.

    Film de King Vidor avec Jennifer Jones, Joseph Cotten, Gregory Peck

    Couleurs rougeoyantes et saturées, soleil de sang, paysages extraterrestres, baroquisme flamboyant. Toute la démesure visuelle du cinéma de King Vidor portée à incandescence.
  • 2
    Bande-annonce

    La Dame de Shanghai (1947)

    The Lady from Shanghai

    1 h 27 min. (France). Film noir.

    Film de Orson Welles avec Rita Hayworth, Orson Welles, Everett Sloane

    Quiconque a vu ce film ne peut oublier ses splendides compositions de contre-jour, ses jeux d'ombres et de lumières, la visite de l'aquarium, Orson/Michael perdu dans les rouages du parc d'attractions, ou bien sûr le légendaire final parmi les miroirs et les reflets volant en éclats.
  • 3
    Bande-annonce

    La Nuit du chasseur (1955)

    The Night of the Hunter

    1 h 32 min. (France). Drame, thriller et film noir.

    Film de Charles Laughton avec Robert Mitchum, Shelley Winters, Lillian Gish

    Comme chacun sait ce fut le seul film de Charles Laughton derrière la caméra. D'une certaine manière on peut le comprendre tant il semble jouer à chaque plan la vie même du cinéma. Le moindre instant de cette féérie ensorcelante est digne de figurer dans une anthologie. Et c'est en toute logique qu'il fait l'image de couverture de ce top.
  • 4

    Écrit sur du vent (1956)

    Written on the Wind

    1 h 39 min. (France). Drame.

    Film de Douglas Sirk avec Rock Hudson, Lauren Bacall, Robert Stack

    Sirk a souvent revendiqué l’étymologie du mot "mélodrame" : drame avec de la musique. Mais celle-ci ne se limite pas à la bande-son, elle est le mouvement qui définit sa mise en scène, donc son esthétique. Le preuve dans ce déluge de couleurs saturées, dont la splendeur presque outrancière fait exploser les frustrations sociales en un chatoyant bariolage affectif.
  • 5
    Bande-annonce

    L'Année dernière à Marienbad (1961)

    1 h 34 min. (France). Drame.

    Film de Alain Resnais avec Delphine Seyrig, Giorgio Albertazzi, Sacha Pitoeff

    Où le jeu de la forme devient un jeu de l’esprit, et vice-versa. De tous les films de Resnais, "Marienbad" est celui qui articule le plus nettement univers mental et monde extérieur. La sophistication extrême des images, l’éclat de leur composition, l’harmonie du rapport entre elles travaille aux passages incessants de la réalité à la conscience, à la dérive du regard sur un basculement infini. Vertige.
  • 6
    Bande-annonce

    Le Guépard (1963)

    Il gattopardo

    3 h 06 min. (France). Drame et historique.

    Film de Luchino Visconti avec Burt Lancaster, Claudia Cardinale, Alain Delon

    Visconti est un esthète perfectionniste, à l'instar de Kubrick ou de Kurosawa. Il fait revivre les fastes de la noblesse sicilienne du milieu du XIXè siècle en des tableaux d'une somptuosité inouïe.
  • 7
    Bande-annonce

    Andreï Roublev (1966)

    Andrey Rublyov

    3 h 03 min. décembre 1969 (France). Drame, biopic, historique et guerre.

    Film de Andreï Tarkovski avec Anatoli Solonitsyne, Ivan Lapikov, Nikolai Grinko

    Une épopée intérieure qui fait place à la contemplation et produit des images si belles et si fortes qu’elles pourraient crever les yeux – algues flottant dans l’eau, fourmis grouillant sur les pieds de Théophane, basiliques en ruines ou paysages infinis balayés par la puissance des éléments. Et cette œuvre pleine de pluie comme une mémoire secrète de s’imposer en fragment d’un temps perdu, enfin retrouvé.
  • 8
    Bande-annonce

    Persona (1966)

    1 h 24 min. (France). Drame.

    Film de Ingmar Bergman avec Bibi Andersson, Liv Ullmann, Margaretha Krook

    Sans doute le point de non-retour de la démarche esthétique de Bergman. Ou comment puiser dans les visages, leurs crispations, leurs états, la matière d'une recherche plastique vertigineuse. Les plans qui recombinent ceux de Bibi Andersson et Liv Ullmann comptent parmi les plus fascinants du septième art.
  • 9
    Bande-annonce

    Satyricon (1969)

    2 h 08 min. (France). Drame, fantastique et péplum.

    Film de Federico Fellini avec Martin Potter, Hiram Keller, Max Born

    Rien de tel pour s'éclater la rétine tout en humant en parfum de fin du monde. Le génie visionnaire de Fellini est à son apogée, mais la beauté de ses images atteint ici quelque chose de profondément dérangeant. Une claque esthétique n'est pas forcément dénuée de malaise, c'est pourquoi je cite ce film plutôt qu'un "8 1/2" par exemple, qui y aurait aussi sa place.
  • 10
    Bande-annonce

    La Fille de Ryan (1970)

    Ryan's Daughter

    3 h 26 min. (France). Drame et romance.

    Film de David Lean avec Sarah Miles, Robert Mitchum, Christopher Jones

    Bien des mauvaises langues (très mal avisées) ont prétendu que David Lean étant moins un cinéaste qu'un imagier publicitaire. Il n'a peut-être en tout cas jamais été aussi inspiré qu'avec ce sublime mélodrame romantique. Les dunes, le littoral, le vent, les collines, les nuages d'Irlande sont dépeints avec un lyrisme pictural à tomber par terre.
  • 11
    Bande-annonce

    La Randonnée (1970)

    Walkabout

    1 h 40 min. (France). Aventure et drame.

    Film de Nicolas Roeg avec Jenny Agutter, Lucien John, David Gulpilil

    De "Lawrence d’Arabie" à "La Prisonnière" de Ford en passant par "Mad Max", nombreux sont les films ayant sollicité la splendeur inhospitalière, métaphorique ou régénérative du désert. Aucun n’atteint la puissance d’envoûtement quasi mystique de "Walkabout", qui par son travail insolite et extraordinaire sur la texture, les couleurs, les cadrages et la lumière suscite une étrangeté à nulle autre pareille.
  • 12
    Bande-annonce

    Barry Lyndon (1975)

    3 h 04 min. (France). Drame, historique et aventure.

    Film de Stanley Kubrick avec Ryan O'Neal, Marisa Berenson, Patrick Magee

    Que dire... Simplement que Kubrick élève son art méticuleux de la composition plastique à la hauteur de sa pensée. Est-ce suffisant ? Sans doute que non, mais la splendeur altière de son chef-d'oeuvre historique se passe de commentaires, donc je n'en dis pas plus.
  • 13
    Bande-annonce

    Les Moissons du ciel (1978)

    Days of Heaven

    1 h 34 min. (France). Drame et romance.

    Film de Terrence Malick avec Richard Gere, Brooke Adams, Sam Shepard

    Lanternes et feux follets, incendies et grains de blé caressés par le vent, horizons cyans captés à l'heure du loup... Malick inscrit son poème visuel dans les images de Nestor Almendros et c'est tout simplement l'un des plus beaux films jamais réalisés.
  • 14
    Bande-annonce

    La Porte du paradis (1980)

    Heaven's Gate

    3 h 39 min. (France). Drame et western.

    Film de Michael Cimino avec Kris Kristofferson, Christopher Walken, John Hurt

    Un immense tableau en mouvement où la véhémence, la densité, la diversité, l’abondance des gestes, des couleurs, des choses, permet d’animer l’image toute image. Ici le bord d’un lac scintillant évoque une toile de Winslow Homer, ailleurs les grandioses paysages de l’Ouest empruntent à Thomas Cole. Et la rencontre de ces sensibilités président à la saisie fulgurante d’un moment historique.
  • 15
    Bande-annonce

    Blade Runner (1982)

    1 h 57 min. (France). Science-fiction, film noir et thriller.

    Film de Ridley Scott avec Harrison Ford, Rutger Hauer, Sean Young

    Le noir, encore le noir, partout le noir. Mais jamais il ne fut aussi sublimé par les constellations de lueurs crépitantes, les néons multicolores, les faisceaux de lumières artificielles. Le chef-d'oeuvre de Ridley Scott n'en finit pas de subjuguer par son inépuisable richesse visuelle.
  • 16
    Bande-annonce

    Rusty James (1983)

    Rumble Fish

    1 h 34 min. (France). Drame et action.

    Film de Francis Ford Coppola avec Matt Dillon, Mickey Rourke, Diane Lane

    Un noir et blanc hyperstylisé, extrêmement contrasté, qui fait vivre un ballet d'ombres gigotantes et de formes baroques. Et au milieu, un poisson rouge devant lequel tout le monde - personnages et spectateur - reste coi. Coppola n'est peut-être jamais allé aussi loin dans ses propositions esthétiques. Étant par ailleurs celui qui a réalisé "Coup de coeur", "Apocalypse Now" et autres "Dracula", cette hypothèse donne une petite idée de la tuerie qu'est "Rusty James".
  • 17
    Bande-annonce

    Ran (1985)

    2 h 42 min. (France). Drame et historique.

    Film de Akira Kurosawa avec Tatsuya Nakadai, Jinpachi Nezu, Masayuki Yui

    Kurosawa était-il un cinéaste ou un peintre ? On voit ici des tableaux d'Apocalypse, des bannières coupant des cieux saturés, d'immenses armées d'or et de pourpre se déplaçant comme des fourmis... Pareilles visions laissent pantois.
  • 18
    Bande-annonce

    Batman - Le Défi (1992)

    Batman Returns

    2 h 06 min. (France). Action et fantastique.

    Film de Tim Burton avec Michael Keaton, Michelle Pfeiffer, Danny DeVito

    Burton a eu carte blanche pour réaliser le second volet de la franchise. Résultat : un conte hallucinatoire qui réveille la fantasmagorie du cinéma expressionniste, rien de moins. Ombres démesurées, excentricités felliniennes, onirisme carnavalesque, gothique décapsulé fait de neige, de nuit et de formes délirantes. Une anthentique messe noire.
  • 19
    Bande-annonce

    Gerry (2002)

    1 h 43 min. (France). Aventure et drame.

    Film de Gus Van Sant avec Casey Affleck et Matt Damon

    Ou comment transformer le désert américain en espace psychique, en terrain d'expérimentation formelle. Devant ces mers de sel, ces soleils qui se dédoublent comme les personnages, cette ligne d'horizon qui vacille, on reste à la fois envoûté et terrifié. Une expérience physique et plastique hors du commun.
  • 20
    Bande-annonce

    The Assassin (2015)

    Nie Yinniang

    1 h 45 min. (France). Arts martiaux et drame.

    Film de Hou Hsiao-Hsien avec Shu Qi, Chang Chen, Nikki Hsieh Hsin-ying

    Chaque plan du "wu xia" de HHH vaut aussi physiquement que l’éclat du nacre, de l’or et des boiseries reconstituées : la pâleur vaporeuse des matins, les miroitements d’une chandelle, les arbres et la chair, les broderies et la fumée, les miroirs et les gouffres qui échangent leur substance en une lente cérémonie incantatoire. Volupté infinie de l’image, soumise à des effets inouïs d’hypnose et de sensorialité.