Bande-annonce
Affiche Pleasantville

Pleasantville

(1998)
12345678910
Quand ?
7.2
  1. 1
  2. 7
  3. 16
  4. 47
  5. 225
  6. 717
  7. 1321
  8. 928
  9. 271
  10. 83
  • 3.6K
  • 348
  • 2K

Pour s'extraire des angoisses d'une famille stressée et divisée des années 1990, David aime s'évader en regardant la télévision et plus particulièrement "Pleasantville", série en noir et blanc datant des années cinquante. Jennifer, sa soeur jumelle, est tout l'opposé de David : elle vit au jour le...

Casting : acteurs principauxPleasantville

Casting complet du film Pleasantville
Match des critiques
les meilleurs avis
Pleasantville
VS
Critique de Pleasantville par doudou

Me voilà coincé, je me sens obligé d'écrire une critique qui vous donnera envie de voir ce film, peu ou pas connu du publique, en tout cas pas assez à mon gout. Je me souvenais l'avoir apprécié, mais vraiment, une impression bizarre du bon moment que j'avais passé à le regarder sur canal, pourtant je n'en avais que des souvenirs vague, alors quand j'ai eu l'occasion de le revoir, récemment, je me suis jeté dessus. Pleasantville n'est pas un film normal, c'est une expérience (réussie), une...

23 1
Avatar trevorReznik
5
trevorReznik
Critique de Pleasantville par trevorReznik

L’idée du film (de faire évoluer des personnages réels dans une ville d’une série télévisée) est plutôt bonne. D’autant plus que cette série est en N&B et que les bouleversements que vont amener les personnages propulsés à Pleasantville (nom de la série télévisée en question mais aussi de la ville elle-même) se traduisent par la colorisation progressive de l’environnement. Une idée graphique toute simple mais qui fonctionne parfaitement. On observe donc avec intérêt la progression de Tobey... Lire l'avis à propos de Pleasantville

2
Critiques : avis d'internautes (44)
Pleasantville
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Le mythe de Sisyphe parfumé à l'eau de rose

Je me devais de faire une critique sur ce film, qui est une très bonne surprise. L'histoire de base paraît simple, presque simpliste : David, un ado mal à l'aise, un peu geek sur les bords, interprété par un Tobey Maguire n'ayant pas encore mué (non, je ne suis pas en train de faire une critique du premier Spiderman de Sam Raimi ), est un fan complet d'un sitcom des années cinquante,... Lire l'avis à propos de Pleasantville

13
Avatar Xavier Petit
8
Xavier Petit ·
Mon grand père n'apprécierait pas ce film... - Analyse -

Nombreuses sont les œuvres dystopiques dans le domaine artistique, aussi bien en littérature, avec le XXème siècle en fer de lance, mais également et bien évidemment en ce qui nous concerne aujourd'hui, au cinéma. Pleasantville en fait bien entendu partie. Il fait d'ailleurs partie des films que je trouve trop méconnu, et c'est en cela que j'estime qu'il vaut le coup d'oeil. Pour résumer... Lire la critique de Pleasantville

10 3
Avatar Simon Besançon
9
Simon Besançon ·
Critique de Pleasantville par BibliOrnitho

Jennifer et David sont deux ado américains des années 1990. David est renfermé, timide, bûcheur alors que sa soeur préfère sortir avec les garçons que plonger le nez dans un bouquin. David aime Pleasantville, une vieille série télé en noir et blanc datant des années 50. Il en connaît la plupart des répliques par coeur. Un jour, sa soeur et lui se trouvent projetés dans la série,... Lire la critique de Pleasantville

4
Avatar BibliOrnitho
7
BibliOrnitho ·
Découverte
The Twilight Zone

Après le décevant Hunger Games, j'avais envie de me rafraîchir les idées avec un bon Gary Ross. Je me suis alors porté sur son premier long métrage. jJaime beaucoup son second, Seabiscuit, mais je l'ai déjà vu deux ou trois fois, tandis que Pleasantville, je ne l'avais vu qu'une fois à la télé quand j'avais encore besoin de Roaccutane au quotidien de ma misérable vie d'adolescent. Le scénario... Lire la critique de Pleasantville

12
Avatar Fatpooper
9
Fatpooper ·
Critique de Pleasantville par Eric BBYoda

L'intelligence du premier film de Gary Ross (oui, celui de "Hunger Games"), c'est de prendre à contrepied le récit nostalgico-romantique façon "Rose Pourpre du Caire" en substituant à un retour vers un passé américain idéalisé (on pense aussi au "11/22/63" de King) la visite d'un univers codifié et artificiel, au sein duquel diverses expériences plus ou moins destructrices vont avoir lieu. En ce... Lire l'avis à propos de Pleasantville

6
Avatar Eric BBYoda
8
Eric BBYoda ·
Toutes les critiques du film Pleasantville (44)
Bande-annonce
Pleasantville
Vous pourriez également aimer...