De la Disneyisation du Wu Xia Pian.

Avis sur Mulan

Avatar Noe_G
Critique publiée par le

Dans cette bafouille, je vais clairement tirer sur l'ambulance car à mon avis ce film ne mérite que cela, mais avec quelques limites tout de même. Je ne vais par exemple pas m'attaquer au positionnement politique polémique un peu en occident mais surtout à Hong-Kong de Liu Yifei et Donnie Yen pour ne pas les citer. Après tout je peux très bien apprécier un film peu importe le positionnement politique de ceux qui participent à sa création.

Malgré cela on peut dire que j'ai un à priori plutôt négatif surtout en ce moment contre Disney (pour ne pas dire que j'ai la haine). Au delà du fait que c'est en train de devenir un oligopole toujours plus gros ce qui n'est à mon avis pas super sain pour l'industrie cinématographique, j'ai du mal à digérer le doigt d'honneur que Disney a fait aux exploitants de salles occidentaux qui ont fait la promo de Mulan. Ces derniers pensant qu'en contrepartie cela pourrait ramener du public pour sauver les salles en occident, alors que finalement le film ne sortira légalement que sur Disney + (divulgachis il était hors de question que je paye pour ce film après un tel doigt d'honneur). Cela amène en plus Disney à fonctionner toujours plus en circuit fermé soit dit en passant. Cela dit quand je vois le résultat final je peux imaginer pourquoi Disney a eu honte. Toutefois avoir honte d'un travail médiocre, même si c'est tout ce qu'il y a de plus normal, n'est toutefois pas une raison valable pour faire un doigt d'honneur aux exploitants salles occidentaux. Ils n'ont pas à subir la médiocrité des exécutifs Disney après tout.

Pourquoi je parle de ce film dans ce cas ? En effet même si je tire sur l'ambulance après tout je fais quand même de la publicité pour ce produit Disney. A vrai dire et pour rendre à césar, voir sur mon fil twitter ce que certains pouvaient dire du film, (1) m'a fait tellement rire que je me suis dit que ce film pris au 360ème degré de la nanardise pouvait peut-être être drôle.
Cependant il me semble que leur manière d'en parler était sensiblement plus drôle que le film.

De plus pour être honnête il faut dire aussi que je craignais ce film car il avait clairement une volonté de retraitement à l'américaine d'un genre très Chinois que j'aime beaucoup, le 武侠片 (Wu Xia Pian). J'étais tout de même curieux de voir ce que Disney ferait avec ce partie pris pour un film en prise de vue réelle car ils se sont quand même embêté à prendre Donnie Yen, Jet Li, Gong Li et Cheng Peipei de grandes figures du cinéma Chinois, Hongkongais et Taïwanais. En fait je l'avoue, j'avais une sorte de curiosité malsaine, une envie profondément déviante de jeter un œil à la catastrophe. Et franchement ce n'est pas vraiment beau à voir.

Tout d'abord la structure du film est celle de l’avènement d'un héros en trois actes. Tout ce qu'il y a de plus basique mais ça à la limite encore pourquoi pas, admettons, si SEULEMENT la mise en scène suivait ou je ne sais pas si par exemple -au hasard- la réalisatrice avait quelque chose d'un tant soit peu pas totalement fade à transmettre.

Ensuite vient le "You're Qi is strong Mulan", "It's forbidden to use the power of Qi in destructive way" "The Qi is powerful", je ne sais pas toi qui me lit mais moi ça me rappelle un film. D'autant qu'ils ne se sont même pas fait chier, ils ont repris les répliques et le traitement, ils ont juste changé "the force" par "the Qi" histoire de faire Chinois. Ils ont placés ça sur quelques discours bidons paresseux histoire de justifier la force de Mulan pour que le spectateur moyen ne soit pas trop perdu. On a aussi le droit à trois caractères Chinois sur son épée, trois caractères qui sont marqué comme le tatouage ridicule d'un occidental qui trouverait les caractères trop cool sans comprendre que leurs sens est hyper banal (d'ailleurs apparemment il s'agirait de la devise du FBI, le manque d'inspiration chez Disney devait être grand)
Franchement quitte à voir un film aussi bête sur le Qi. [Rectification, presque aussi bête, Mulan est vraiment d'une paresse inégalable dans son copier coller de la force] Autant voir Tai Ji Master, franchement c'est plus drôle et inventif, l'histoire d'amitié/rivalité est plus sympa et moins ampoulé et Jet Li, Michelle Yeoh et Yuen Wooping s'y donnent à fond côté combats.

A vrai dire Mulan à bien deux trois idées de mise en scène des combats mais le découpage est pas terrible et les ralentis sont vraiment immondes. Trop souvent cela pue le cache misère bâclé car les fonds verts derrière les ralentis marquent par leur fadeur. Un artifice fait pour des acteurs (mais surtout une actrice principale) qui physiquement ne pouvait pas assurer les cascades. Ces cascades virent au ridicule quand Liu Yifei "s'assume" comme Mulan. En effet cet actrice est plus proche d'une endive se croyant au cœur une pub de parfum que d'une artiste se donnant à fond pour son rôle pour ses chorégraphies martiales. Elle va jusqu'à donner l'impression qu'elle fait un foot -et encore au ralenti- avec les flèches et les lances qu'elle envoie avec son pied. Par ailleurs il y a bien un moment où le film essaye de nous montrer la violence du conflit mais sans le feu sur les tentes militaires on pourrait croire que les soldats censés être morts se contentent de taper un petit roupillon. Et c'est juste une fois, on reste chez Disney ne l'oublions pas. Le reste du temps ça à l'air de quelque chose de tout gentillet, on est sur du film familial bien lisse où rien n'est réellement violent, au pire on a deux trois gouttes de sang, sinon tout est bien propre.
Face à un tel constat, je ne savais franchement plus si je devais rire nerveusement ou pleurer face à cette manière de prendre le Wu Xia Pian par dessus la jambe, avec un tel mépris.
De la même manière je suis pas forcément contre les fonds verts et les CGI mais là c'est tellement bâclé, c'est tellement voyant et fade que l'on dirait vraiment une opération de promotion lambda pour la Chine. Mais même en prenant dans cette optique, Mulan est censée parcourir une bonne partie de la Chine mais la seule chose que l'on ressent c'est elle en studio devant un fond vert avec incrustation de fonds d'écrans Windows à base de stocks shots de décors Chinois aléatoire. Comment on peut simplement avoir envie de visiter la Chine après cela ? Du reste les plans en dur sont bien rares et de toute manière peu travaillés ou mis en valeur.

Ensuite concernant le fameux discours féministe du film, avant que l'on me fasse la remarque je ne dis pas que les clichés que la réalisatrice cherche à dénoncer dans le cadre de la Chine impériale sont faux. Mon problème est bien leur traitement superficiel et inoffensif (après certes si l'on attends un discours profond avec un film actuel Disney je pense qu'on peut l'attendre longtemps). Un traitement à base de blagues basiques sur des femmes qui crient fort parce qu'il y a des araignées, sur le fait qu'une femme intelligente cela serait impensable pour le Chinois moyen, l'essentiel est qu'elle soit blanche. Bref ce genre de cliché exploité dans des gags assez banals et ni inventif ni travaillés ni quoi que ce soit.

De plus dur de ne pas croire que le pot au rose sur le grand mensonge de Mulan ne soit pas "découvert" au vu de la question des douches collectives. Également suite à la révélation de ce mensonge elle est censé être bannie par un commandant obtus, mais il suffit qu'elle revienne alors et que 3 clampins disent qu'ils croient en elle (est-ce sincère ou est-ce intéressé ? Nous n'aurons pas de réponse sur ce point) pour qu'elle soit réhabilité, que le commandant la reprenne au sérieux et qu'elle aille même à la tête des troupes... C'est fou comme au fond ce n'est pas si difficile à régler les problèmes liés à la condition féminines, enfin dans le monde merveilleux de Disney où les gentils gagnent toujours à la fin hein, pas dans le vrai monde on est d'accord.

De plus avant que l'on ne me dise que je ne suis qu'un sale cynique qui se moque de la thématique des femmes en Chine. Sachez c'est une thématique que je peux trouver personnellement passionnante pour peu traite cela avec un minimum d'intelligence. Citons par exemple The Lovers de Tsui Hark, autre film en costume où l'on retrouve l'idée d'une femme obligée de se dégiser en homme dans une société où elle ne se retrouve pas en tant que femme avec un père qui veut absolument qu'elle se marie à l'homme que son père à choisi pour elle. Un film infiniment plus vivant que ce Mulan. Mais voilà on touche du doigt la principale limite de Mulan par rapport à The Lovers, The Lovers est un film infiniment plus vivant par bien des aspects car il est le fruit du travail d'un auteur au sommet de sa forme, Mulan est un produit fade car le fruit d'une Yes Woman peu inspiré créant du produit formaté quelconque estampillé Disney.

Par ailleurs que Mulan soit un film manichéen est une chose, mais là c'est vraiment poussé à l'extrême. D'un côté les vilains pas beau barbare qui veulent du sang contre les vertueux avec un grand 真 de la Grande Chine. Un moment il pourrait y avoir de l’ambiguïté avec une Mulan rejeté de l'armée Chinoise parce qu'elle est une femme et le personnage de Gong Li qui essaye de l'attirer de son côté en jouant sur son sentiment de rejet, mais non, jamais Mulan ne doute de son pays. Jamais elle ne réfléchit réellement à la question. La seule qui doute, malheureusement se sacrifie, mais au moins elle réfléchit c'est Gong Li. Son sacrifice tombe en plus comme un cheveux sur la soupe. Moralité les gentils ne réfléchissent pas ils se contentent d'être patriotes. C'est beau la propa..... l'amour d'un pays sans aucune forme de recul ou réflexion quelconque.
Ajoutons à cela pour rendre l'ensemble encore plus indigeste, quelques passages obligés sur la grandeur de la Chine et son empire mais version éco + en fond verts bâclés. Même Zhang Yimou qui avait pu parfois sombrer dans le lourdingue et le nanardeux (mais si souvenez vous de la Grande Muraille, cette adaptation Chinoise de Power Rangers, souvenez vous également de la Cité Interdite ou Gong Li souffrait autant que le spectateurs face au discours asséné ad nausam sur la grandeur de la Chine), avait dans ses films toujours au moins un travail minimum indéniable sur la direction artistique. Comme si cela ne suffisait pas il faut se farcir les passages forcés sur l'honneur avec la subtilité d'un tank en roue libre, et toutes les bêtises à deux balles sur l'art du thé, vraiment gênantes tant ce sont des clichés très grossiers de personnes qui ne doivent pas connaître grand chose à l'art du thé (car oui une grande majorité des têtes pensantes du film sont des Américains qui ne doivent au vu de ce film pas connaître grand chose de la Chine, de sa culture où son histoire).

In fine cela m'attriste tellement de voir des acteurs que j'aime dans cette galère.
Voir la belle Gong Li qui a plus de 50 ans se donne infiniment plus que cette endive de Liu Yifei dans ce film.
Voir un Jet Li présent uniquement 3 scènes et -probablement, vu comment il joue- pour le chèque qui va avec.
Voir un Donnie Yen dont on regrette ne le voir se battre que si peu, dans des combats si mal filmé et chorégraphié (Les exécutifs de chez Disney, vous pouviez pas d'embaucher sérieusement un chorégraphe, ça vous aurait fait mal de faire l'effort ?).
Et surtout voir la pauvre Cheng Peipei dont l'apparition pour les pire gags du film m'a vraiment fait mal au cœur, on est loin de ses rôles justement de femmes fortes qu'elle a pu jouer chez King Hu (qui ringardisaient déjà le Mulan de 2020 dans les années 1960 ! Oui, le Mulan de 2020 a environ 60 ans de retard même sur le traitement de ses thématiques féministes).

Pourquoi je n'ai encore rien dit sur la musique te demandes-tu ? Parce qu'elle fade ce qui est d'ailleurs bien triste car le Wu Xia Pian offre parfois des thèmes musicaux somptueux mais là c'est juste trois pauvres trompettes et un 二胡 qui fait trois pauvres notes en boucle.

Toutefois j'avais dit que j'avais des limites dans ma manière de tirer sur l'ambulance, ainsi la Direction Artistique est parfois pas honteuse sur de rares plans d'armées en extérieur (enfin si on peut parler d'armée on est à des années lumières de l'ampleur d'un 3 royaumes de John Woo) et il y a deux trois mouvements de caméra qui pourraient être sympa si ils étaient un minimum plus poussés et travaillés. Également je dois dire que j'ai beaucoup trop rigolé devant les scènes filmé comme des pubs de parfum et devant cette utilisation du mot Qi n'importe comment. Et je dois dire que le final dans un bâtiment en construction avec Jet Li (même si il a un rôle très réduit à mon grand désespoir), m'a rappelé les fins d'Il était une fois en Chine 1 et 2. Enfin il y a un le vague jeu sur la verticalité et les décors avec les bambous hein, on est loin de la maestria de Tsui Hark. Cela dit tout cela fait que je ne pouvais donc honnêtement pas mettre 1.

Cela dit je ne mettrais pas beaucoup plus car ce film me met en colère. En effet ce film va faire beaucoup de mal à l'image du Wu Xia Pian qui va passer pour un genre nanardeux et ridicule pour tout les gens dont la connaissance de ce genre cinématographique se limitera à ce film, ou presque. Ce qui fait malheureusement pas mal de monde en occident. Donc s'il te plaît et c'est là le vrai but à peine caché de ma critique je l'avoue, si tu ne connais pas vraiment ce genre, ne t'arrête pas à cette à cette caricature médiocre, lissée et niaise de ce genre. Regarde des Wu Xia Pian, regarde en des vrais, jette un œil à cette liste (oui je fais de la publicité mais c'est un cas de force majeur), tu verras que des bon Wu Xia Pian qui parfois même mettent en scène des femmes fortes cela a déjà été fait bien des fois, par des réalisateurs aux styles bien différents et cela peut donner de très grands films.

(1) Bonus : Si toi aussi tu as envie de rire un peu, un petit florilège :
https://twitter.com/ourobororoboruo/status/1302048593772191744
https://twitter.com/ZhangZhulin/status/1302230641090727936

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1700 fois
27 apprécient · 5 n'apprécient pas

Noe_G a ajouté ce film à 2 listes Mulan

Autres actions de Noe_G Mulan