Bande-annonce
Affiche Barberousse

Barberousse

(1965)

Akahige

12345678910
Quand ?
8.5
  1. 19
  2. 7
  3. 11
  4. 22
  5. 65
  6. 163
  7. 517
  8. 1113
  9. 1373
  10. 866
  • 4.2K
  • 815
  • 7.4K

Nous sommes à Koishikawa au XIX° siècle. Kyojio Niide, un médecin hargneux mais généreux, décide d'entraîner un jeune apprenti, Noboru Yasumoto.

Casting : acteurs principauxBarberousse
Casting complet du film Barberousse
Match des critiques
les meilleurs avis
Barberousse
VS
Avatar Ludovic Stoecklin
10
Barberousse > Barbe-Bleue > BarbeNoire

C'est avec une certaine mélancolie que j'écris cette critique un peu particulière pour moi à bien des égards, déjà car c'est un des 3 longs métrages de Kuro que j'avais déjà vu. Durant ce marathon lancé maintenant il y a quelques semaines, c'est plus de vingt ans de cinéma que j'ai traversé jusqu'à présent dont dix huit en compagnie d'un duo prolifique qui prend fin ici. Après seize films prodigieux, Kurosawa et Mifune ne travailleront plus jamais ensemble, une façon de refermer la boucle...

67 7
L'Arnaque Barberousse

Le film commence par une énorme arnaque, dès l'exposition du récit, et crée d'office une inévitable frustration. Un jeune médecin est envoyé dans un hospice, sans trop savoir ce qu'il y fera. Il apprend finalement qu'il va y être engagé et devoir y bosser comme jeune interne, à son grand désarroi, puisque ça y pue la misère, le malheur et la pauvreté. Le décor de l'hospice est typiquement japonais, avec ces inévitables panneaux en croisillons de bois coulissants, qui s'ouvrent et se... Lire la critique de Barberousse

25 10
Critiques : avis d'internautes (84)
Barberousse
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Peinture sociale chatoyante en noir et blanc

En commençant à regarder Barberousse, je me disais déjà que j'étais sceptique sur l'attribution d'un dix à ce film. Non je n'allais pas mettre un dix à un film se passant dans un hospice. Ca, c'était avant de me laisser charmer petit à petit... Red Beard grows on you, comme on dit. Moi qui n'y connais pas grand-chose en technique cinématographique, cadrage et compagnie, je peux dire que j'ai... Lire l'avis à propos de Barberousse

87 11
Avatar Sassie
10
Sassie ·
Splendeurs et misères des courtes tisanes

La philanthropie, ça n’existe pas, je ne connais pas d’humaniste qui ne soit pas un tantinet misanthrope. Ou alors un sourd aveugle mâtiné d’un couillon. L’humaniste qui se respecte ne peut pas s’aveugler sur la pathétique nature humaine et s’il doit faire passer un correctif quelque part, un bon coup de gamelle sur la gueule vaudra toujours mieux que vingt-six discours mielleux. Kurosawa et... Lire la critique de Barberousse

200 17
Avatar Torpenn
10
Torpenn ·
Plutôt la vie.

[Série "Dans le top 10 de mes éclaireurs" : J. Z. D., Ochazuke, Torpenn ] « Ici, vous serez déçu. Avec le temps, vous comprendrez. » Grand film sur la misère à l’égal des Raisins de la Colère de Ford, ou surpassant Los Olvidados de Bunuel, Barberousse fait le pari d’une empathie progressive. En s’identifiant au nouveau venu Yasumoto, engagé contre son gré et à qui on expose sans... Lire l'avis à propos de Barberousse

89 5
Avatar Sergent_Pepper
9
Sergent_Pepper ·
« Il n’est de plus bel instant que celui de la mort »

Le noir et blanc et la couleur, la bonté de l’Homme et sa douleur. En 1985, avec Ran, Kurosawa adapte le Roi Lear de William Shakespeare pour composer le tableau expressionniste de la noirceur humaine. Un chef-d'œuvre baroque et coloré qui trouve en Barberousse son parfait contraire, le N&B et la touche dostoïevskienne (reprise d’une intrigue de Humiliés et... Lire l'avis à propos de Barberousse

2
Avatar Procol Harum
9
Procol Harum ·
Découverte
Barberousse ou bisounours ?

Depuis un moment, chaque fois qu'il vous prend la folie de défendre des thèses ou des principes simples et humanistes, tels que la fraternité possible entre les peuples, les respects des libertés individuelles, le refus de la peine de mort quelle que soient les multiples exceptions auxquelles voudraient la soumettre votre voisin, votre collègue ou votre boulangère, au grè des craintes... Lire la critique de Barberousse

63 35
Avatar guyness
10
guyness ·
Toutes les critiques du film Barberousse (84)
Bande-annonce Barberousse
Vous pourriez également aimer...