Illustration Tension

Les plus fortes tensions sexuelles dans les films selon Thaddeus

Avatar Thaddeus Cette liste de 20

films

par Thaddeus est une réponse au sondage Les plus fortes tensions sexuelles dans les films

(merci Beule pour l'image de couverture)

Je vais commenter très succinctement parce que j'ai déjà scanné en long, en large et en travers tout mon paysage psycho-érotique dans un questionnaire qui y était consacré (actualisé en juillet 2020 avec l’ajout d’un texte de presse).

Si ça intéresse quelqu'un c'est ici : http://lc.cx/p36

L'ordre de la liste est chronologique.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1

    La Femme au corbeau (1929)

    The River

    54 min. (États-Unis). Comédie dramatique et muet.

    Film de Frank Borzage avec Charles Farrell, Mary Duncan, Ivan Linow

    Mary Duncan alanguie et offerte devant Charles Farrell, qui se caresse l'intérieur des cuisses et laisse son chandail ouvert... Ou la même réchauffant son amant frigorifié en écartant son peignoir.

    https://zupimages.net/up/20/40/f7w2.jpg
  • 2

    Monika (1953)

    Sommaren med Monika

    1 h 36 min. (France). Drame et romance.

    Film de Ingmar Bergman avec Harriet Andersson, Lars Ekborg, Dagmar Ebbesen

    J'aurais pu citer "Persona" pour la seule et célèbre scène parlée d'Alma/Bibi Andersson. Je vais plutôt évoquer ce film-ci, pour les courbes d'une autre Andersson, Harriet, et pour la liberté de leur exaltation charnelle dont les ténors de la Nouvelle Vague ne se sont jamais remis. C'est dingue comme Ingmar pouvait être érotique, quand il s'y mettait.

    https://zupimages.net/up/20/40/8u3r.jpg
  • 3
    Bande-annonce

    La Poupée de chair (1956)

    Baby Doll

    1 h 54 min. (France). Drame.

    Film de Elia Kazan avec Karl Malden, Carroll Baker, Eli Wallach

    Carroll Baker en femme-enfant, son petit jeu avec Eli Wallach sur la balancelle.

    https://zupimages.net/up/20/40/bj3f.jpg
  • 4
    Bande-annonce

    Sueurs froides (1958)

    Vertigo

    2 h 08 min. (France). Romance et thriller.

    Film de Alfred Hitchcock avec James Stewart, Kim Novak, Barbara Bel Geddes

    Ou l'art ô combien hitchcockien de l'implicite - pour suggérer la nuit d'amour entre James Stewart et Kim Novak, par exemple.

    https://zupimages.net/up/20/40/06i7.jpg
  • 5
    Bande-annonce

    Certains l'aiment chaud ! (1959)

    Some Like It Hot

    2 h 01 min. (France). Comédie, romance et gangster.

    Film de Billy Wilder avec Marilyn Monroe, Tony Curtis, Jack Lemmon

    L'ingénuité de Marilyn Monroe, les ardeurs (difficilement) contenues de Jack Lemmon et Tony Curtis, le jeu surchauffé avec les genres et les désirs... Un des films les plus sexuels qui soient (dans tous les sens du terme).

    https://zupimages.net/up/20/40/232l.jpg
  • 6
    Bande-annonce

    La Fièvre dans le sang (1961)

    Splendor in the Grass

    1 h 59 min. (France). Drame et romance.

    Film de Elia Kazan avec Natalie Wood, Warren Beatty, Pat Hingle

    Warren Beatty et Natalie Wood n'en peuvent plus, ils s'aiment comme les ados sous hormones qu'ils sont et ils veulent... ils veulent... vous voyez bien. Mais la société les en empêche. Kazan formalise en images cette tension - en montrant les cascades d'un torrent déchaîné ou mettant en scène un bain très suggestif, par exemple.

    https://zupimages.net/up/20/40/h7m2.jpg
  • 7

    Sandra (1965)

    Vaghe stelle dell'Orsa...

    1 h 45 min. (France). Drame.

    Film de Luchino Visconti avec Claudia Cardinale, Jean Sorel, Michael Craig

    Inéluctablement, il va falloir y venir. À l’actrice la plus envoûtante, la plus désirable, la plus belle de toute l’histoire du cinéma. Claudia Cardinale, déesse parmi les hommes. Dès lors une question se pose : quelle pièce privilégier dans la filmographie admirable de celle capable d’être tout à la fois idéal féminin et bonne copine, femme de tête et victime fragile, bombe sensuelle et sirène d’une grâce absolue ? Pour le noir et blanc contrasté qui sublime sa peau brune, pour son climat de moiteur lourde où évolue son corps sculptural de statuaire grecque, par sa présence quasi animale, on peut choisir le trouble et vénéneux "Sandra" de Luchino Visconti, l’un de ses réalisateurs fétiches.

    https://zupimages.net/up/20/40/v644.jpg
  • 8

    Belle de jour (1967)

    1 h 40 min. (France). Drame et romance.

    Film de Luis Buñuel avec Catherine Deneuve, Jean Sorel, Michel Piccoli

    L'érotisme est essentiellement une affaire mentale, et Buñuel l'a bien compris. Catherine Deneuve, innocente et souillée à la fois, en a été le sujet le plus canonique.

    https://zupimages.net/up/20/40/jbdj.jpg
  • 9
    Bande-annonce

    Bonnie et Clyde (1967)

    Bonnie and Clyde

    1 h 51 min. (France). Biopic, drame, road movie et gangster.

    Film de Arthur Penn avec Warren Beatty, Faye Dunaway, Michael J. Pollard

    Le Sud, la canicule, la torpeur, et Faye Dunaway au-milieu de tout ça. Est-il besoin d'en dire plus ?

    https://zupimages.net/up/20/40/1zqv.jpg
  • 10
    Bande-annonce

    Pauline à la plage (1983)

    1 h 34 min. (France). Comédie, drame et romance.

    Film de Éric Rohmer avec Amanda Langlet, Arielle Dombasle, Pascal Greggory

    Le cinéma subtilement égrillard de Rohmer, polisson facétieux, touche ici son point de sensualité le plus limpide. La plage, un dos qui se dénude, le sel parmi les sous-vêtements, tout ça quoi.

    https://zupimages.net/up/20/40/rxme.jpg
  • 11
    Bande-annonce

    Maria's Lovers (1984)

    1 h 40 min. (France). Drame et romance.

    Film de Andreï Kontchalovski avec Nastassja Kinski, John Savage, Robert Mitchum

    Un seul nom : Nastassja Kinski. Celle dont les lèvres si attirantes faisaient naître le trouble en accueillant une simple fraise dans "Tess", celle qui dans le monde pervers de "La Féline" promenait une sensualité effarouchée, celle qui hantait de sa beauté évanescente les rêveries du "Coup de Cœur" de Coppola ou les souvenirs du sublime "Paris, Texas" de Wenders. Icône des années 80, elle ne fut peut-être jamais aussi désirable que dans ce très beau film de Kontchalovski où, consumée de désir pour un époux rendu impuissant par l’intensité de ses sentiments, elle rend brûlantes un certain nombre de situations osées qui exhalent l’érotisme frémissant de sa personnalité.

    https://zupimages.net/up/20/40/9vy0.jpg
  • 12
    Bande-annonce

    Le Nom de la rose (1986)

    The Name of the Rose

    2 h 10 min. (France). Policier, drame et thriller.

    Film de Jean-Jacques Annaud avec Sean Connery, Christian Slater, Helmut Qualtinger

    Pas tout le film certes, juste une scène - mais quelle scène. On étouffe depuis une heure dans l'austérité drue d'un monastère bénédictin et d'un coup, bam, une petite paysanne dépucèle notre novice empoté. Gros coup de chaud, dont bien des gens ne se sont jamais remis.

    https://zupimages.net/up/20/40/zhl9.jpg
  • 13
    Bande-annonce

    Attache-moi ! (1990)

    ¡Átame!

    1 h 40 min. (Espagne). Comédie dramatique.

    Film de Pedro Almodóvar avec Victoria Abril, Antonio Banderas, Loles Leon

    Caliente. Victoria Abril est séquestrée, ligotée, soumise aux désirs déviants d’un Antonio Banderas qui l’aime à la folie. Et Pedro Almodovar, roi des atmosphères épicées et des situations mi-scabreuses mi-provocantes, filme leur(s) corps-à-corps. Voilà qui donne une bonne idée de ce que peut dégager le film, caractéristique du brio hors pair du cinéaste dans ce domaine.

    https://zupimages.net/up/20/40/mvmt.jpg
  • 14
    Bande-annonce

    Hot Spot (1990)

    The Hot Spot

    2 h 10 min. (France). Drame et thriller.

    Film de Dennis Hopper avec Don Johnson, Virginia Madsen, Jennifer Connelly

    Don Johnson, verni parmi les vernis. À sa gauche une blonde incendaire - Virginia Madsen. A sa droite une brune faussement effarouchée - Jennifer Connely. À moins que ce ne soit l'inverse, il y a de quoi en perdre le nord et le reste. Polar brûlant comme l'asphalte des routes du Sud.

    https://zupimages.net/up/20/40/rvzn.jpg
  • 15
    Bande-annonce

    Dracula (1992)

    Bram Stoker's Dracula

    2 h 08 min. (France). Drame, fantastique et Épouvante-horreur.

    Film de Francis Ford Coppola avec Gary Oldman, Winona Ryder, Anthony Hopkins

    Coppola serait-il pudibond ? On dit souvent de ses films qu’ils sont avares en scènes sexuées, peu portés sur les choses de la chair. Caractéristique partagée d’ailleurs avec ses barbus acolytes que sont Scorsese, Spielberg et Lucas – de cette royale confrérie, seul DePalma a régulièrement manifesté son esprit licencieux. Dans sa chaste filmographie, le cas "Dracula" pourrait faire office d’exception. Pour le personnage de Winona Ryder/Mina embrasée par une passion tout sauf platonique, pour son amie Lucy qui s’offre de lestes instants avec le démon, et bien sûr pour le trio de succubes assoiffées (pas que de sang) qui s’occupent du pauvre (?) Jonathan Harker dans le château du comte transylvanien.

    https://www.zupimages.net/up/20/40/da7m.jpg
  • 16
    Bande-annonce

    Prête à tout (1995)

    To Die For

    1 h 46 min. (France). Policier.

    Film de Gus Van Sant avec Nicole Kidman, Matt Dillon, Joaquin Phoenix

    Nicole Kidman qui met le feu au lac et allume la terre entière, je dis oui. Rarement personnage féminin fut aussi aguichant que celui-ci.

    https://zupimages.net/up/20/40/viv6.jpg
  • 17
    Bande-annonce

    Crash (1996)

    1 h 40 min. (France). Drame, thriller et Érotique.

    Film de David Cronenberg avec James Spader, Holly Hunter, Elias Koteas

    Cronenberg étant sans doute, aujourd'hui, le plus grand maître ès érotisme, je ne pouvais pas ne pas le citer ici. Érotime glacé en l'occurence, mais aussi étrangement troublant lorsque, par exemple, Deborah Unger se met à susurrer des choses honteusement érectiles à l'oreille de son mari, sur le lit.

    https://zupimages.net/up/20/40/fend.jpg
  • 18
    Bande-annonce

    Mulholland Drive (2001)

    Mulholland Dr.

    2 h 27 min. (France). Drame, thriller, romance et film noir.

    Film de David Lynch avec Naomi Watts, Laura Elena Harring, Ann Miller

    Grand amour fulgurant pour Naomi Watts et Laura Harring. "I'm in love with you". La passion flambe sous les draps. Sublimes, hypersensuelles, surchauffées par un désir ardent, les deux bombes s'enlacent, se frottent, se pelotent, s'embrassent à pleine bouche. Elles immortalisent leur idylle en un torridissime accouplement nocturne, une fournaise d’étreintes moites et de baisers glissants, une extase de caresses fébriles et de mots tendres soupirés dans l’abandon langoureux au plaisir. En bref : une séquence de saphisme thermonucléaire, à faire bander (ou mouiller) un(e) mort(e). Et pour la verve du langage bien fleuri : https://urlz.fr/dwgO

    https://zupimages.net/up/20/40/fuu8.jpg
  • 19
    Bande-annonce

    2046 (2004)

    2 h 09 min. (France). Drame, fantastique, romance et science-fiction.

    Film de Wong Kar-Wai avec Tony Leung Chiu-Wai, Gong Li, Faye Wong

    De la grande fantasmatique wongienne et de son rapport si alchimique à l'érotisme, il y aurait beaucoup à retenir. Dans "2046", l'esthtète de réalisateur organise une entêtante valse de désirs et de rêveries autour de son gynécée, dont la magnifique Zhang Ziyi est la reine.

    https://zupimages.net/up/20/30/g5y6.jpg
  • 20
    Bande-annonce

    Mektoub, My Love : Canto uno (2018)

    3 h 01 min. (France). Comédie dramatique et romance.

    Film de Abdellatif Kechiche avec Shaïn Boumedine, Ophélie Bau, Salim Kechiouche

    Des jeunes gens gaulés comme des dieux en plein springbreak sétois – le temps d’un été de soleil, d’écume fine et de sable chaud. Ils s’approchent, se draguent, se séduisent, s’étreignent jusqu’à plus soif. Une certaine frange moralisatrice bien de notre époque ne supporte pas le regard hédoniste qu’Abdellatif Kechiche porte sur ces garçons et (surtout) ces filles pleinement offerts à sa caméra, sa fascination pour leurs corps exultants, libres, insoumis, résolus à jouir sans entraves de tous les délices du présent. On peut en sourire, tant ce cinéma témoigne d’un vitalisme épanoui tout droit hérité de Renoir.

    https://zupimages.net/up/20/40/kqb0.jpg