Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Découverts en 2015

Avatar catadioptre Liste de

256 albums

par catadioptre

Ordre chronologique

Cette année : explorations des discos d'Oren Ambarchi (qui n'en finit pas de me surprendre par la qualité de son travail !) et d'Alva Noto, plongée dans celles d'Autechre et de Brian Eno, découverte de Pan Sonic et donc de Mika Vainio, un peu de drone doom et de Jim O'Rourke et surtout dernièrement exploration de la noise et des discos de Pan et Mego.

Manquent :
*Oren Ambarchi - Intermission 2000 - 2008 (après Repas Froid) L'album est déjà sur MusicBrainz mais en tant que "compilation" donc je suppose que c'est pour ça qu'il n'apparait pas sur SC...

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Écouter

    Excavation (2013)

    . Dark ambient, ambient et dub. 9 morceaux.

    Album de The Haxan Cloak

    Un album de musique creepy, un peu dans la même veine que The Body par exemple, mais en plus électronique. Encore une perle de Tri-Angle records !
  • Écouter

    7fingers (2010)

    . Electronique, glitch, classique et musique classique contemporaine. 9 morceaux.

    Album de Nils Frahm et Anne Müller

    Mélange entre ambient, piano et électronique expérimentale tressautante. Une bonne découverte
  • Écouter

    Cendre (2007)

    . Expérimental, musique classique contemporaine, electronique et ambient. 11 morceaux.

    Album de Fennesz et Ryuichi Sakamoto

    Une collaboration entre le pianiste Ryuichi Sakamoto et l'expérimentateur électronique Christian Fennesz, sur une formule on ne peut plus simple : pendant que l'un joue des mélodies minimalistes, l'autre remplit l'espace sonore de bruits et sons électroniques.
  • Écouter

    The Phoenix (2014)

    . Electronique, downtempo, house et techno. 14 morceaux.

    Album de Fhloston Paradigm

    Écouté distraitement, mais pas tout à fait le genre de trucs qui me bottent pour l'instant... À réécouter
  • Écouter

    Unfidelity (2014)

    . Dub, IDM, expérimental et electronique. 11 morceaux.

    Album de Ekoplekz

    Idem que ci-dessus.
  • Écouter

    Solaris (2000)

    . Drum and bass, deep house, expérimental et electronique. 11 morceaux.

    Album de Photek

    Mélange de house et de drum&bass/jungle assez soul.
  • Confederation Trough EP (EP) (2007)

    . Electronique, acid et techno. 3 morceaux.

    EP de The Tuss

  • Écouter

    Computer Controlled Acoustic Instruments, Part 2 (EP) (2015)

    . IDM, expérimental et electronique. 13 morceaux.

    EP de Aphex Twin

    Évidemment il n'a pas fallu longtemps pour que Richard D. James sorte un disque moins consensuel que Syro ! Ici il délaisse les synthés analogues d'une virtuose complexité pour des instruments acoustiques contrôlés par MIDI (comme le dit bien le titre de l'EP !) aux mélodies beaucoup plus simples.

    Si James parvenait dans son dernier opus à donner une vie presque organique à des synthétiseurs électroniques, il fait sonner les instruments acoustiques comme s'ils nous étaient étrangers. (D'autres critiques sur internet ont mentionné à ce propos le phénomène de l'"uncanny valley" ou "vallée de l'étrange", c'est-à-dire le sentiment étrange qui se présente lorsqu'un robot ressemble assez à un humain pour nous faire croire qu'il en est un mais n'est cependant pas suffisamment parfait pour n'être démasqué par notre cerveau. En résulte une confusion engendrée par ces sentiments contradictoires.)

    Mais outre cette sonorité délicieusement "inhumaine", qui ne déroutera d'ailleurs pas les fans de Drukqs, les morceaux sont largement plus "pauvres" que ceux du dernier Syro, se reposant beaucoup plus sur des loops, à l'instar plutôt de ses premiers travaux plus "ambient'.

    Si tout n'est pas à jeter (le magnifique "piano un10 it happened" par exemple, sorte de suite à l'emblématique "avril 14th") cet EP, pour reprendre une analogie déjà faite à son propos, ressemble beaucoup plus à un carnet de croquis disparates et inachevés qu'à une véritable sortie consistante.

    Mais bon l'Aphex ressort de la musique, on ne va pas bouder son plaisir !

    [Edit] Il a d'ailleurs peu de temps après la sortie de cet EP créé un compte soundcloud (bien évidemment anonyme) pour y balancer pas moins de 112 morceaux (!) presque tous inédits. Le compte a été "authentifié" en quelque sorte par les gars du forum We Are The Music Makers, qui ont analysé la chose et ont entre autres indices reconnus de nombreux titres que James a passés en live. Et d'ailleurs Aphex Twin lui-même a mis fin à la spéculation en tweetant un lien vers ledit compte !
  • Temple Sleeper (Single) (2015)

    . 1 morceau.

    Single de Burial

    Alors celui-là, on peut vraiment dire qu'il est sorti de nulle part ! Burial n'avait pas ressorti, comme en 2012 et 2013, un EP en décembre, mais il nous gratifie d'un morceau surprise sur keysoundrecords !

    Très "oldschool" et plus jungle qu'ambient, ce morceau divise les fans et ne fera probablement pas date dans la discographie de l'anglais, mais s'écoute tout de même très bien. On attend le prochain album/EP sur Hyperdub !
  • Écouter

    Couleurs primaires (EP) (2015)

    . Pop, electronique et house. 5 morceaux.

    EP de Paradis

    Après deux ans de silence, les français de Paradis avaient réapparu en 2014 pour un single plus pop encore que leurs productions précédentes : "Garde le pour toi". Ce morceau est à présent assorti de deux autres titres inédits ainsi que de deux remixes pour le moins étendus - ces derniers dépassant allègrement les dix minutes.

    Si cette addition à leur maigre discographie n'est peut-être pas du même acabit que leurs premières productions, ça fait plaisir de voir qu'ils existent toujours. Et puis qui sait j'apprécierai peut-être plus cet EP après quelques écoutes...

    En tout cas j'ai quand même hâte d'écouter leur album !
  • Écouter

    200 Press (EP) (2014)

    . 4 morceaux.

    EP de James Blake

    Un petit EP sorti sur le label (co)géré par James Blake en personne, 1-800 Dinosaur.
  • Écouter

    GAK (EP) (1994)

    . Techno, expérimental et electronique. 4 morceaux.

    EP de GAK

    Puisque j'ai passé de nombreuses heures à écouter les inédits rippés du compte soundcloud de James, j'en ai profité pour écouter un de ses disques que je n'avais pas encore découvert : GAK. Il s'agit de techno/idm minimale mais catchy.
  • Écouter

    Vulnicura (2015)

    . Pop, musique classique contemporaine, expérimental et electronique. 9 morceaux.

    Album de Björk

    Mon premier album de Björk, mais certainement pas mon premier de Arca ! (Ni de The Haxan Cloak, même si ce dernier ne collabore que sur trois titres...) Je ne suis donc pas en terrain tout à fait inconnu avec cet album, même si c'est évidemment différent de LP1 ou des travaux solo de Arca. On reconnait la patte du jeune producteur, mais avec évidemment les vocaux de l'islandaise et des cordes ! Beaucoup de cordes !
  • Écouter

    Suspension (2001)

    . Electronique et expérimental. 6 morceaux.

    Album de Oren Ambarchi

    On retrouve ici le style caractéristique des albums solo de l'australien, mais ce n'en est pas moins digne d'intérêt. Les morceaux sont assez minimaliste (par rapport à Audience Of One par exemple), mais on retrouve quelques perles ; mes favoris sont pour l'instant Gene, qui commence par des notes disparates pour finir en drones très prenants (à écouter fort au casque ou mieux sur des enceintes pour être complètement enveloppé par les nappes de son) et le dernier titre As Far As The Eye Can See très poétique.
  • Écouter

    1930 (1998)

    . Electronique, disco et electro. 5 morceaux.

    Album de Merzbow

    L'autre jour, au détour de mes pérégrinations sur Last.fm, je suis tombé sur un groupe consacré aux albums les plus difficiles d'accès, et un type dans la shoutbox mentionnait Merzbow. Un petit tour sur la page de l'artiste m'introduit au pape de la noise, et n'étant pas contraire à la découverte de nouvelles expérimentations sonores, je me suis dit : "challenge accepted" !

    J'avais déjà écouté des choses pour le moins "difficiles", au moins pour certaines personnes, comme par exemple du drone doom ou plus récemment un tout petit peu de power electronics avec Pharmakon, et je dois dire que ça m'avait plutôt plu. Je pensais donc : la noise, pourquoi pas ? Je télécharge alors 1930, ce dernier faisant partie de ses albums les plus écoutés. J'ai réussi à me taper l'entièreté du truc, et si ça ne m'a pas réellement "incommodé", je ne pourrais pas dire que ça m'a plu.

    Le problème vient ici à mon avis, non pas du côté noise, bruyant et inhospitalier, mais bien du manque de structure - je n'arrive pas à mettre un mot plus précis et approprié là-dessus. Il n'y a pas vraiment d'élément qui vient attirer l'auditeur, ce n'est pas comme le drone où malgré le côté bruyant et sec du son il y a cette lenteur hypnotique; ici c'est juste le chaos sonore...

    Ça doit être encore trop difficile d'accès pour moi ! J'y reviendrai quand j'aurai plus de bouteille.
  • Zink (EP) (2007)

    février 2007. Electro/techno. 1 morceau.

    EP de Machinefabriek

    Un morceau de drone ambient assez bien senti, avec un peu de piano
  • Écouter

    Toendra (Single) (2011)

    . 2 morceaux.

    Single de Machinefabriek

  • Écouter

    Lost Themes (2015)

    janvier 2015. Electronique, bande originale et ambient. 9 morceaux.

    Album de John Carpenter

    [Bleep's Album of the Week] On sent bien qu'il s'agit des travaux d'un réalisateur car cet album est extrêmement cinématographique; c'est d'ailleurs logique, le titre ne ment pas à ce sujet : ce sont des thèmes "perdus", qui n'ayant jamais servi dans la bande originale d'un film, ont probablement été écrits dans ce but.

    Le résultat ne détonnerait pas dans la disco de Jean-Michel Jarre ou Vangelis puisque si on retrouve pas mal de guitares, les synthés sont quand même omniprésents et il y a un côté très vintage à de nombreuses pistes.

    Voilà un album qui plaira très certainement à Franck Rivoire !
  • Écouter

    Bariken (2005)

    . Electronique, breaks et breakbeat. 5 morceaux.

    Album de Merzbow

    Mouais.. Je suis tombé sur celui-là dans le top 20 d'un type (http://merzbow.proboards.com/thread/136) qui le décrivait comme "A digital work from the mid 00s, filled with dark and grinding drones." Mais bon ça ne m'a pas vraiment beaucoup plus plu que 1930.

    Faudrait que j'écoute Merzbeat peut-être.
  • Écouter

    Mass Destruction (2003)

    . Electronique, new beat et house. 15 morceaux.

    Album de Curse of the Golden Vampire

    La rencontre entre le grind- et le breakcore, rien de moins !

    Si l'excellent Ventolin d'Aphex Twin simulait une attaque d'asthme, Total Annihilation of Self, le premier morceau de Mass Destruction, pourrait je pense en être l'équivalent pour un crise d'épilepsie....

    Tout cet album est centré sur l’agression; entre les guitares bruitistes, les chants parfois inintelligibles et les breakbeats on est absolument assourdi par ce disque extrême.
  • Écouter

    Ambient 2: The Plateaux of Mirror (1980)

    1980. Ambient. 10 morceaux.

    Album de Harold Budd et Brian Eno

    C'est étonnant que je n'aie pas écouté Brian Eno auparavant, depuis le temps que j'en entend parler de tous côtés... Bon j'avais déjà posé une oreille distraite sur Another Green World, mais je voulais entendre ses trucs plus expérimentaux et électroniques. La série des Ambient en particulier me faisait de l’œil, avec sa critique élogieuse et ses belles pochettes.

    Je ne sais pas trop pourquoi j'ai choisi de commencer par le deuxième de la série, mais je ne regrette pas ce choix : cet album pour l'instant est mon favori des trois premiers... Ici Eno s'associe au pianiste Harold Budd pour un disque semblable au Cendre de Fennesz et Sakamoto mentionné ci-dessus. Sur la forme tout du moins, puisque comme dans ce dernier, les notes du piano sont complétées par des nappes synthétiques et des sons ambient. Je préfère toutefois The Plateux of Mirror à Cendre, cet album étant de fait moins abstrait et plus "relaxant"... (En même temps le contraire eut été étonnant puisque le but avoué de la série Ambient, ou en tout cas certainement de son premier opus, est de fournir une bande son apaisante à l'auditeur.)
  • Écouter

    Oiseaux-Tempête (2013)

    . Avantgarde, post-rock, rock indépendant, shoegaze, electronique et expérimental. 11 morceaux.

    Album de Oiseaux-Tempête

    En post-rock je m'y connais finalement assez peu, mais voilà un album français au nom étrange que j'ai trouvé bien plaisant.
  • Écouter

    Marijn (2006)

    . Drone, electronique, ambient et expérimental. 6 morceaux.

    Album de Machinefabriek

    Un très bon album du néerlandais Machinefabriek. Ses nappes progressives sont du plus bel effet, à la fois minimalistes et très généreuses.
  • Écouter

    Ambient 1: Music for Airports (1978)

    1978. Ambient. 4 morceaux.

    Album de Brian Eno

    À mon avis moins facile d'accès que le fantastique deuxième album de la série en collaboration avec Harold Budd, Music For Airports a tout de même un air de famille (outre la pochette bien entendu) avec son cadet.

    Pas encore noté car pas encore assez écouté. Je peux en tout cas dire que cet opus est plus "ambient" et minimaliste que le second.
  • Écouter

    No Dreams (2013)

    2013. Expérimental, post-rock et avantgarde. 8 morceaux.

    Album de Noveller

    Si Sarah Lipstate manie la guitare électrique et le feedback pour créer son esthétique drone-esque, on se trouve pourtant bien loin de Sunn O))) et consorts et plutôt du côté de Rhys Chatham, dans l'"ensemble" duquel elle a d'ailleurs déjà joué... Ce court album est très relaxant et propose de l'ambient très apaisante, souvent flirtant avec le soundscape à la Machinefabriek !
  • Écouter

    Ambient 3: Day of Radiance (1980)

    1980. Electronique, ambient, folk, country et acoustique. 5 morceaux.

    Album de Laraaji

    Troisième album de la série Ambient, mais ici Brian Eno ne s'occupe "que" de la production, puisque la star de ce jour d'éclat, c'est le cithariste (?) Laraaji. Un album hypnotique et presque entraînant (pas étonnant avec des titres comme The Dance et Meditation !) avec un goût plus exotique que les autres de la série.
  • Écouter

    Through the Window (2013)

    février 2013. Electronique, industrielle, darkwave et techno. 3 morceaux.

    Album de Prurient

    Prurient (aussi connu sous son alias Vatican Shadow) est présenté partout comme le boss de la noise US et n'est pas si underground que ça puisqu'il se retrouve régulièrement dans des articles sur Pitchfork. En écoutant Through The Window je m'attendais donc à de la grosse noise bien grasse, mais il livre ici un album qui ne dépaysera pas les amateurs de Vatican Shadow : il s'agit en effet de techno atmosphérique !
  • Stuip / Staar (Live) (2007)

    . 2 morceaux.

    Live de Machinefabriek

    Deux titres imposants démarrant en douceur pour évoluer lentement et progressivement vers un mur de son
  • Écouter

    Cocaine Death (2008)

    2008. Noise, industrielle, electronique et power electronics. 8 morceaux.

    Compilation de Prurient

    Voilà un album de noise qui rend vraiment mal à l'aise ! Probablement l'album le plus malsain et insupportable que j'aie entendu...
  • Dial B for Beauty (EP) (2014)

    . Techno, rhythmic noise, electronique et industrielle. 4 morceaux.

    EP de Ugandan Methods et Prurient

    Là aussi je m'attendais à de la grosse noise, mais c'est plutôt de la techno assez minimaliste...