Esprit de famille

Avis sur Mommy

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Je suis de moins en moins convaincu par Dolan : je trouve qu'il devient une caricature de lui-même, qu'il est déjà enfermé dans des tics qu'il ne cherche même plus vraiment à justifier.

Le scénario ne m'a pas paru très intéressant dans le traitement. Les idées de base sont bonnes, mais ce qu'il en fait me paraît fade. Pas vraiment d'enjeux, pas vraiment d'objectif, on se focalise sur ce trio qui enchaîne bonheurs et malheurs. Il y a un certain rapport de force tout-à-fait intéressant, mais c'est sous-exploité, les évolutions sont d'ailleurs bien trop fulgurantes (le fiston se calme trop vite après son altercation avec la voisine). La construction en flashback m'a paru complètement gratuite : ça ne sert absolument à rien si ce n'est vouloir scotcher le spectateur ; il aurait fallu que ce ne soit pas gratuit, que ça serve vraiment la narration. De même que le coup de fil, finalement, on s'en fiche, c'est juste de la poudre aux yeux. Un peu comme tout le film puisqu'on évolue dans un monde sans réelle construction, où, comme je l'ai écrit plus haut, on passe du bonheur au malheur d'un coup, de manière un peu décousue (pas totalement, il reste quelques liens entre les scènes, mais ils sont très ténus).

La mise en scène m'a paru nettement moins intéressante. Ce format n'est pas inintéressant en soi, et après tout pourquoi pas ? Pourquoi toujours adopter un format traditionnel quand on peut si facilement changer le ratio : ça ne doit pas forcément raconter quelque chose, cela peut juste permettre de cadrer de manière différente. Dolan s'en tire honorablement la plupart du temps (il reste quelques mouvements qui ne fonctionnent pas à cause du cadre trop étroit, de même qu'il a tendance à répéter les mêmes cadrages, il peine à se renouveler), mais échoue quand vient le moment de donner un sens à tout cela. Lorsqu'il ouvre le cadre pour indiquer la liberté, j'ai trouvé ça sympa, bien sûr, mais ce qui m'a gêné c'est que ça s'ouvre avec le fils et que ça se ferme avec la mère. J'ai cru qu'on assisterait à un changement de point de vue, mais non, en fait, le réalisateur accumule les deux (ou trois) points de vue tout au long du film. C'est con parce que ce bonheur, vu que c'est le fiston qui ouvre le cadre, bah ça veut dire que c'est son bonheur à lui et non pas aux trois. Pour moi il y a un problème de sens dans cette démarche. Par contre, quand ça s'ouvre à nouveau plus tard, là on est bien avec les trois personnages... mais l'effet ne fonctionne plus. Surtout que des instants de bonheur il y en a eu d'autres dans le film... de même qu'il y a eu des instants plus graves ! N'aurait-il pas fallu rapetisser le cadrage lors de ces moments de dérive ? Cela n'aurait-il pas été plus cohérent ?

Je n'ai pas non plus aimé les moments clipesques. Et ça je crois que c'est la première fois dans un Dolan que je n'y adhère pas (je ne me souviens plus des autres films, d'ailleurs, j'avais oublié que j'avais déjà regardé "Lawrence Anyways" et "Tom à la ferme", c'est dire si ces deux films m'ont marqué). Je trouve que, contrairement à ses deux premiers films, ces moments ne fonctionnent pas parce qu'ils dénotent avec le reste du film. La mise en ambiance paraît trop forcée alors qu'elle était plus naturelle auparavant. Les morceaux sont soit trop faciles (on souligne le sentiment) soit incohérents, tout simplement (des moments où je me suis dit mais merde où veut-il en venir?). Le dernier plan, quand le gosse court, par exemple... pour moi c'était juste une manière de terminer un film, mais au-delà de cet artifice facile, ça ne raconte rien, c'est gratuit, c'est un effet de style bien gras.

Pour le reste, on retiendra quelques bonnes situations (le karaoké, même si ça se barre un peu en couille au niveau du montage, est une des plus belle scène du film), de bons acteurs (quoique les deux principaux qui ne font que hurler à certains moments, c'est exaspérant, car ça manque de rythme, d'équilibre), de belles images (même si Dolan se répète, il reste quelques très beaux cadrages).

Bref, "Mommy" n'est pas une grosse daube, mais est un film tout de même raté à cause d'un scénario qui ne va nulle part, qui souffre d'effets faciles et d'une mise en scène au final trop tape-à-l'oeil et qui ne propose rien de vraiment constructif. Dommage.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1537 fois
9 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Fatpooper Mommy