Bof Chef

Avis sur Le Menu

Avatar Garzouz
Critique publiée par le

Les premières minutes du menu sentent bon, on ne perd pas de temps et on est vite confortablement installé devant le film. Mais il est moins intelligent qu’il ne le croit, l’important en cuisine c’est l’équilibre des goûts, ici tout est trop écrit, trop réfléchit, on ne nous laisse pas le temps de comprendre par nous-même ce qu’on nous sert, un peu comme ces serveurs insupportables qui nous racontent ce qu’on s’apprête à bouffer alors qu’on a juste faim et qu’on comprendra vite ce qu’on met en bouche.

Les personnages sont tous des « personnages type » pas de place pour la nuance et ce n’est pas par manque de temps, car le film semble long. Ça se ressent jusqu’au casting, Ralph Fiennes est un superb méchant, peut être un des meilleurs de l’histoire du cinéma depuis la Liste de Schindler. Il est entré (avec moins de tact) au Panthéon des vilains en Voldemort. Nicolas Hoult en jeune premier insupportable n’a jamais su jouer autre chose, le premier plan du film et son petit sourire satisfait suffisent à le caractériser pour tout le reste du métrage. Anna Taylor Joy elle, c’est la fille différente, avec son regard de requin marteau, son entrée dans le monde du cinéma avec The Witch, « chui trop pas comme vous, la sophistication ne m’impressionne pas », du coup on apprend au cours du film que c’est une pute. Le cinéma aussi apprécie la finesse, la nuance et la subtilité…

Trois types de personnages dans le film donc, les méchants (mais par ce qu’ils ont été oppressés), les riches qui sont donc foncièrement mauvais et la jeune pute rebelle.

Le film se vend comme un Whodunit/Chasse à l’homme, il n’est rien de tout ça et son concept à le mérite d’être plus originale qu’une énième réécriture d’Agatha Christie ou de Battle Royale. Malheureusement le concept seul ne suffit pas. La représentation de l’influence du chef sur son équipe (évidement exagéré pour les besoins du scénario) n’arrive pas à être crédible et les rares moments, on ne sait vraiment pas à quoi s’attendre (quand un des membres de son staff semble douter, l’arrivé du sauveteur) ne seront jamais utiles au développement de l’intrigue, juste des fausses pistes placées là artificiellement à la recherche d’un effet « waou » que même les acteurs semble avoir du mal à incarner.

Ajouter à cela des scènes inutilement longues et sans intérêt pour la suite de l’histoire, la chasse à l’homme n’est typiquement aucun impacte sur le reste à part de séparer les hommes des femmes 5 minutes et de voir que le barbu à droit à un œuf à la coque.

Je comprends et suis même particulièrement sensible à l’idée qu’il faille tout remettre en question dans notre rapport à l’art, au travail et à la recherche de la perfection, mais selon moi le sauvetage ne viendra jamais d’un cheeseburger, de la médiocrité rassurante, c’est un peu ce qu’est le film. On n’est pas vraiment déçu, on repart sur sa fin et si on repasse dans le coin on ira certainement manger ailleurs.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 748 fois
19 apprécient

Garzouz a ajouté ce film à 1 liste Le Menu

  • Films
    Cover Films vus en 2022

    Films vus en 2022

    Les films vu en 2022, de mes préférés aux énormes merdes genre "Black Phone"

Autres actions de Garzouz Le Menu