Affiche Close

Critiques de Close

Film de (2022)

Ma Palme d'Or 2022

Lukas Dhont a vraiment l'art de choisir ses vedettes principales, on l'avait remarqué avec Girl (dont Victor Polster était l'âme pure), et ce Close nous le confirme avec ce jeune Eden Dambrine qui nous a retourné le cœur comme une crêpe. Son personnage d'enfant en dérive psychologique et croulant sous le poids d'une culpabilité inavouable, est criant de... Lire la critique de Close

29
Avatar Aude_L
9
Aude_L ·

Emotion cinétique

Une histoire de liens et de sentiments qui échappent sans cesse aux mots ; qu'il s'agisse de nommer pour mieux catégoriser la nature même de leur relation, ou bien lorsqu'on cherche à verbaliser l'indéchiffrable douleur de la séparation, la parole peine à trouver sa place.Et pourtant, le jaillissement est proche, le torrent d'émotions bout sous la chair, et l'on... Lire l'avis à propos de Close

10
Avatar LeSerpentMarrant
8
LeSerpentMarrant ·

L’intimité entre deux garçons et ces difficultés 

Après une Caméra d’or très méritée, en 2018, Lukas Dhont, le jeune et talentueux réalisateur de GIRL revient cette année avec son nouveau film CLOSE, Grand Prix ex aequo du festival de Cannes 2022.À l’orée de l’adolescence, au début des questions sur la sexualité, au moment des changement physiques quand les garçons ont de plus en plus de mal à évoquer l’intimité avec leurs... Lire l'avis à propos de Close

8
Avatar Foudart
7
Foudart ·

À bout de course

Après la caméra d'or remportée grâce à Girl en 2018, Lukas Dhont réalise son deuxième long-métrage, sur un sujet grave et personnel. L'histoire de Léo et Rémi, 13 ans dont l'amitié va être bouleversée par le regard des autres. Privilégiant les plans serrés au plus près des émotions de ses personnage, Close parle avec sensiblité des affres de l'adolescence, âge pivot qui a tout... Lire la critique de Close

7
Avatar Slapkanovitch
8
Slapkanovitch ·

Otages de la douleur

Est-ce qu'une accumulation de non-dits et de silences (très parlants) sont obligatoirement une marque de subtilité ? Pas toujours, et c'est bien là que pêche Close, en faisant montre d'une apparente pudeur devant le chagrin qui laisse au contraire filtrer une volonté d'accentuer les stigmates de l'émotion. La bascule est très nette dans le film, après un début en douceur,... Lire la critique de Close

39 6
Avatar 6nezfil
6
6nezfil ·

Boys Dhont Cry

Deux films seulement et un style déjà reconnaissable entre mille, voilà peut-être la plus belle réussite du jeune réalisateur belge Lukas Dhont. Un style à la fois sensible et viscéral qui lui permit de décrocher la Caméra d’or à Cannes en 2018, avec Girl, en sondant avec bienveillance la délicate thématique de l’identité (passage à l'âge adulte, questions relatives au genre) à... Lire l'avis à propos de Close

21 3
Avatar Procol Harum
6
Procol Harum ·

Cantique des mutiques

Dans Girl, Lukas Dhont approchait déjà sa caméra du mystère adolescent : avec une certaine pudeur, il avouait, dans les silences et les approches prudentes, l’incapacité à formuler clairement les élans d’un individu, tout en l’accompagnant avec bienveillance et fascination. Le principe sera le même dans Close, qui reprend, dans son titre... Lire l'avis à propos de Close

38
Avatar Sergent_Pepper
7
Sergent_Pepper ·

Faudrait surtout fâcher personne hein !

Après avoir surpris son monde avec son premier film réussi "Girl", voilà déjà Lukas Dhont qui rentre dans le rang avec le 2ème.Pourtant tout commençait bien avec une idée de base bien sentie, l'amitié forte et sensible entre deux jeunes garçons mise à l'épreuve du monde qui les entoure.Mais le monde qui les entoure, Lukas Dhont nous les épargnera quasi tout du... Lire la critique de Close

22 4
Avatar G-C-H-
5
G-C-H- ·

Dhont underestimate Lukas

Après avoir remporté la Queer Palm et la Caméra d’Or avec Girl, Lukas Dhont débarque en compétition officielle et continue son travail sur le genre, la sexualité et les cellules familliales en s’intéressant aux jeunes en construction. Ici, Léo a 13 ans et partage une amitié doucement fusionnelle avec Rémi, sans qu’on distingue bien l’amour de la fraternité. “Jusqu'à ce qu'un événement... Lire l'avis à propos de Close

5
Avatar clotildemichon3
6
clotildemichon3 ·

Un monde propre

Quelque chose nous parvient dès les premières minutes de Close, c'est la beauté de ces deux gamins et des regards qu'ils se jettent. L'amour déborde agréablement sans être signifié, les plans soulignent cette pureté : beaux, colorés, même les nuits dans les chambres sont lumineuses. De sorte que l'on sait très vite à quoi s'attendre de leur histoire, elle s'abîmera. La... Lire la critique de Close

4
Avatar Tojolle
5
Tojolle ·