Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Conflit d'étiquette

Avis sur Värähtelijä

Avatar Alexis Aarons
Critique publiée par le

Je m'engage probablement sur une piste qui fera de moi un boomer élitiste aux yeux de beaucoup en me lançant dans ce texte mais tant pis, une chose me dérange fondamentalement et j'ai besoin de l'exprimer. On va ici parler de genre, et, comme le dit une autre chronique de cet album sur Sens Critique, le débat peut être assommant alors si tu es de ceux qui préfèrent kiffer la musique sans se demander quelles branches de l'arbre généalogique du rock se sont accouplées pour donner naissance à ce que tu écoutes, tu peux passer ton chemin maintenant.

Pourquoi parle-t-on tant de black metal à propos de ce groupe ?
Bien sûr on ne peut pas en 2020 décrire le black uniquement par ses blast beats, ses vocaux écorchés et psalmodiés ou sa production brute et froide. La fascination qu'il exerce lui a permis au fil des décennies et de la créativité des musiciens qui le chevauchent de transcender sa forme la plus basique, celle qui lui a donné son nom. Et, comme ses pères le rock et le metal, de s'enrichir de moult préfixes et épithètes, se mélangeant aussi aisément avec ses pairs les plus agressifs (death, thrash, doom) qu'avec des esthétiques beaucoup plus éloignées (post rock, orchestre symphonique, chants orthodoxes, musique électronique.. ).
C'est même à mon sens le style extrême qui a su le mieux s'affranchir de ses propres carcans et évoluer dans le temps, tout en gardant un noyau dur esthétique immanquablement reconnaissable et ce peu importe le genre avec lequel le coït est effectué.
Et c'est justement ce qui me chiffonne à l'écoute de ce Värähtelijä dont on m'a tant rebattu les oreilles sous prétexte de black metal psychédélique révolutionnaire.
J'ai Pô compris.
Il y a clairement pleeiiiin d'influences dans cette musique, et pour le coup je suis d'accord pour dire que vouloir à tout prix donner un nom au style qu'ils font est une pure perte de temps. On trouvera pêle-mêle du kraut, du psychédélique, du stoner, de l'expérimental, de l'atmosphérique, et même du black metal (ben oui, j'ai pas dit le contraire !). Le genre de groupe qui fait son son à lui quoi.
Mais de là à leur donner dans les descriptifs le nom de black metal... Je vois bien hein, le pourquoi du comment, le chant décharné et éraillé, certains tempo très soutenus, on a même le droit à des passages de guitare totalement épiques et typiques et à une montée en puissance de l'agressivité qui progresse sur la seconde moitié du disque. Pour autant, pour moi ce n'est pas le propos du groupe, en tout cas de l'album.

Il faut préciser que cet album est le premier et le seul que j'ai écouté d'Oranssi Pazuzu. Peut-être que d'autres albums sont plus racés dans le genre, à ce qu'on dit y en a pas deux pareils, à vrai dire j'ai hâte de le découvrir.
On assiste à une déferlante stellaire imprégnée de tous les styles cités plus haut, et même certainement d'autres que je n'ai pas cités, mais on n'est pas dans un voyage black metal. Il manque...quelque chose. Dans le jeu du batteur, dans les suites d'accords, dans le son global et la production. La seule touche vraiment "black" est le chant, je ne peux le nier. Bien que pouvant prendre plein de formes différentes en fonction des groupes et des vocalistes un chant black est un chant black. Et celui là l'est. Pour autant cela ne suffit pas à les étiqueter ainsi. C'est pas parce qu'on colle un brailleur sur du bal musette que ça devient tout de suite du punk hardcore non? Et je dis pas que Oranssi Pazuzu fait du bal musette. Ni du punk hardcore. Ni que le chanteur est un brailleur.
.
D'ailleurs toute cette critique ne remet absolument pas en question la qualité de leur musique. Ces gens là font un blend surpuissant et bien à eux, et bien que ce ne soit pas forcément ma came sur album je pense qu'un concert bien sonorisé doit être une expérience à part entière.

Voilà, beaucoup de bruit pour pas grand chose me dira-t-on peut être. Oui, mais quand on a une démangeaison à un endroit on se gratte. J'arrête ici ma comparaison entre les étiquettes sur les groupes et les éruptions cutanées. Bonne écoute.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 85 fois
7 apprécient

Alexis Aarons a ajouté cet album à 1 liste Värähtelijä

Autres actions de Alexis Aarons Värähtelijä