Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

A sun that will never set

Avis sur Shadows of the Sun

Avatar Jean-Sébastien Mozart
Critique publiée par le

Deux ans après le baroque, magistral et surchargé Blood Inside, Ulver revient avec son négatif, Shadows of the Sun. Ce dernier est aussi épuré et chaleureux que le précédent était excessif et froid. Sur les neuf nouveaux morceaux proposés par le groupe norvégien, trois seulement incluent de la percussion (All the love, Shadows of the Sun et Let the Children Go). Le reste, subtilement orchestré entre thérémin et cordes, nous plonge dans une ambiance intimiste et superbe. Dans cette ambiance se détache la voix de Kristoffer Rygg (aka Garm), entourée d'un halo de réverb la rendant presque immatérielle.

Cet album clôt en beauté une époque de la carrière d'Ulver. C'est après celui-ci que le trio est devenu quatuor, avec l'arrivée de l'anglais Daniel O'Sullivan, et a entamé les concerts lors d'une première tournée. Shadows of the Sun peut donc être vu a posteriori comme un chant d'adieu à une phase du groupe. Un chant déchirant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 324 fois
9 apprécient

Autres actions de Jean-Sébastien Mozart Shadows of the Sun