Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Dans l'univers du prog : il y a Pawn Hearts et il y a les autres

Avis sur Pawn Hearts

Avatar RockNadir
Critique publiée par le

Si vous allez sur You Tube, vous verrez 6 millions d'écoutes pour Close to the Edge et 160 milles pour Pawn Hearts. Pawn Hearts ne fait pas dans la facilité, ni dans les solos, ni dans tout ce qui caractérise la prog mainstream que les Américains affectionnent tant et qui ne demandent aucune implication de la part de l'auditeur. Si vous n'êtes pas prêts à plonger au moins 10 fois pour découvrir les mystères du disque, si vous me faîtes pas l'effort de traduire les paroles et de voir l'incroyable osmose qu'elles font avec la musique et le chant, si vous n'êtes pas prêts à vous noyer très loin en vous , d'affronter mers, chutes et tempêtes oubliez cette musique, elle n'est pas pour vous !

Et pourtant comme disait Hammill à Paul Whitehead au moment où celui-ci se préparait à faire la pochette de l'album et avait donc besoin de prendre connaissance du disque et de son esprit : "no matter if you're a king, a pauper or whatever – you're a pawn" Oui nous sommes tous des pions sur cette terre. C'est ce qui nous unit. La pochette en est le reflet réaliste et cosmique, pouvez-vous identifier tous les pions qui ont traversé l'humanité ?

Comment aborder une telle œuvre ? À l'automne 73 , soit 2 ans après sa sortie, j'ai découvert ce qu'était le 1er VDGG d'un coup, 4 albums dans la même semaine. Évidemment mon oreille fut transformée à jamais. Il me fallut 2 ans pour digérer tout cela et je ne parle pas des albums solos de Hammill.
J'ai vécu à l'intérieur de moi , réfugié, entre la guerre et la paix , la dope et l'humanité , ivre de cette musique hallucinante, Wagnérienne, si désespéremment humaine. J'attendais même pas un sauveur....“i was too far out too far in ” J'étais un homme seul et ma solitude était réelle. J'ai vu les étoiles moi aussi mais elles n'étaient pas pour moi. Découvrir VDGG et PH en pleine adolescence , avec juste un léger décalage par rapport au moment de sa sortie, en plein triomphe du prog, n'a aucun rapport avec le découvrir 20 ans plus tard. Le fait de découvrir aussi le groupe alors qu'il venait de se scinder donnait au disque des allures de testament . Il n'y aurait plus d'autres albums de Van der Graaf. Comme un magnifique Titanic coulé au fond des mers.

Mais le temps n'était pas à la contrition mais à la découverte et cette musique m'enfermait dans des monologues intérieurs et des cris silencieux et parfois aussi sonores que ceux d'Hammill. On ne peut contenir un tel chant très longtemps à l'intérieur de soi quand on en connaît toute la force des mots , quand la musique n'est plus qu'un grand frisson sur l'épine dorsale ! Non “no breaks until i die ”. J'ai grimpé aux murs, porté mes espoirs au-delà des mers, dans ma tour isolée de Pawn Hearts. Car quiconque succombe à la magie noire et blanche de L'ALBUM n'en sort pas indemne. C'est impossible.

On se retrouve encore plus seul , vos amis n'y comprennent rien, vous êtes dans une tour isolée, vous prophétisez tous les désastres et vous vous retrouvez somnambule. Et la seule vie que vous sentez c'est celle de votre nuit . Qui pleurerait si je mourrais ? Qui serait là pour mes dernières paroles ? Et l'on meurt tout seul dans tant de beauté et de déchirures existentielles. Les phares sur la mer sont peut-être la clef de tout cela ?....Peut-être qu'en marchant sur les eaux ? Peut-être qu'en observant tout ce que je suis ? Peut-être aie-je perdu ma voie avec les années ? Peut-être suis-je un chien errant ? Toute cette expérience dans ma tête ? ” unreal, unreal” vous vous regardez dans la glace : spectres, fantômes, faces évidées... Si vous avez fait de l'acide vous devenez le cri de Munch !

Hammill n'est pas `close to the edge” il a sombré dans le précipice quand il était petit , il a perdu sa Guinevere que Wakeman courra tant après sur son désastreux album des chevaliers de la table ronde. Il est juste un noyé hagard dans le cimetière de l'humanité. Un pion de plus, parfois, majestueux comme l'empereur, parfois pauvre et itinérant.
Finalement il se noie , les mains tendues dans la noirceur . Comme nous tous il se demande où est sa place dans l'histoire ? Quelle est cette voix ? Une fois toutes les questions posées, il commence à bien se sentir... ressentir la joie, la fin est le commencement...tout est dans tout...

Et la guitare électrique majestueuse de Fripp s'élance pour clore l'album impérial où la musique est le miroir des mots ....aucun groupe ne plongea aussi loin, esclave de son poète-parolier existentialiste ! Aucune démence ne fut aussi bien rendue ....Musicalement ils sont les inventeurs de la folie. King Crimson avait bien son homme Schizoïde pour un morceau...Hammill est l'homme schizophrénique de chansons en chansons atteignant le summum de l'enfermement et du délire sur Pawn Hearts !

Mais il y a aussi une part de miracle dans Pawn Hearts. Le groupe ne savait comment enchaîner les différents morceaux.Le producteur John Anthony renvoya le groupe au pub et monta la pièce dramatique seul en choisissant l'ordre des morceaux .

Une véritable œuvre d'art a sa part de mystères et de choses incontrôlées et incontrôlables. Dans la nuit des mers , dans la solitude des phares que nous sommes, les œuvres d'art éclairent tous les aspects de notre humanité en nous et ainsi celle des autres.

C'est pourquoi il y a Pawn Hearts de VDGG et il y a les autres...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 760 fois
7 apprécient

RockNadir a ajouté cet album à 2 listes Pawn Hearts

Autres actions de RockNadir Pawn Hearts