Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Cette flute... arrêtez-la !

Avis sur Forest of Equilibrium

Avatar La_Bete_du_Blizzard
Critique publiée par le

Quand on pense que c'est parti autour de quelques bières entre amis... Après en avoir éclusé un bon paquet, Lee Dorian (qui venait de quitter le line-up de Napalm Death après avoir assuré les vocaux sur les deux premiers albums) et son ami Gary "Gaz" Jennings se sont dit que ça serait cool de jouer un doom metal rendant culte aux grands anciens, comme Black Sabbath ou Saint Vitus... L'année suivante, In Memorium sort, et le moins que l'on puisse dire, c'est, bien que bourré d'influences très 80's en doom/heavy, le disque se classe plus volontiers chez les groupes extrêmes. Car oui, le mini In Memorium et le chef-d’œuvre qui le suivra et confirmera, Forest Of Equilibrium, est du metal extrême.

...Car on est très très loin du doom de Candlemass même si les influences restent présentes ; Car nous sommes en 1991, et Forest Of Equilibrium est déjà épais, suffocant, glaiseux, très sombre, même comparé aux critères d'aujourd'hui ; A la même époque, outre-atlantique, un groupe de death metal du nom de Cianide, précurseur du doom/death, influencé par Winter ou Sorrow, ralentissait le tempo pour s'aventurer en quelque contrée doom, en restant du pur death metal. Cathedral faisait le même chemin, mais à l'inverse ; Jamais avant un doom eut un son si bas, si gras, aux cordes si pâteuses, comme la glaise que l'on retourne dans un cimetière anglais pour inhumer un défunt. Les vocaux, à un univers de distance du lyrisme d'Ozzy Osbourne ou Messiah Marcolin, sont à l'image des cordes : bas, très bas, et grave, qui feraient penser, dans les éructions profondes, à du death metal...

On pourrait penser aux premières écoutes que Forest Of Equilibrium est quelque part, une sorte de père du doom/death metal, mais il n'en est rien. Le son est une chose, le riffing une autre ; Bien des metalleux aguerris sont rebutés par la difficulté d'accès de l'objet, mais au bout du compte, on s'aperçoit que ce dernier joue sur deux tableaux. En effet, d'une part, les ambiances cradement funéraires de "In Memoriam" ont été préservées, comme en témoignent l'abyssal "Commiserating The Celebration" ou encore le funeste mais néanmoins brillant "Reaching Happyness, Touching Pain" (avec la présence fantomatique mais sublime d'une flûte de pan). De l'autre, l'ombre du Noir Sabbath s'étend sur quelques pistes ("Soul Sacrifice" headbangant au possible !) de par l'utilisation de riffs très groovy, d'une basse ronronnante, et de vocaux en accord avec le rythme très entraîné au hasard du fuzz ambiant. Brillant, très brillant.

Brillant au point de garder sur toute la durée une cohérence qui en fait un album extrêmement riche, que l'on redécouvre à chaque écoute ; Les passages lents et mornes complètent ceux particulièrement groovy et chaotiques, et vice versa. La lourdeur abyssale est en fait cassée par le rythme cathartique catchy, pour retourner à la poussière d'un doom dépressif d'un bout à l'autre.

Au final, Forest Of Equilibrium synthétise au travers d'un album résolument lent et long le cheminement du metal extrême ou non des années 80 pour bizarrement en délivrer une formule unique ; Les riffs hérités de Black Sabbath, Candlemass ou Saint Vitus, un aspect parfois rock qui insinue très discrètement le sentier stoner que pendra par la suite Cathedral. Des rythmiques venues du grind et du death (rappelons le parcours de Lee Dorian de ce côté de la barrière).

Pas étonnant que l'album porte le patronyme d'une forêt de l'équilibre car de ce côté-là, tout est parfait, tout se complète. Et l'on y trouve aussi bien les sentiers sylvestres ensoleillés que des sous-bois terreux et humides.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 129 fois
10 apprécient

Autres actions de La_Bete_du_Blizzard Forest of Equilibrium