Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Avis sur

Blue Train par xeres

Avatar xeres
Critique publiée par le

Nous sommes en 1957, en pleine période hard-bop et John Coltrane n'est qu'une icône en devenir. Sa renommée en tant que saxophoniste est déjà grande, il impressionne par son sérieux, son perpétuel investissement musical, à l'affut de nouveaux sons, perfectionnant sa technique et étudiant les uns après les autres tous les aspects de la musique. Il rencontre nombre de musiciens et apprend tout ce qu'il peut à leur contact, n'hésitant pas à leur demander leur "truc". Dans le même temps il reste humble, n'attrape pas la "grosse tête", il reste droit et honnête. On l'appelle par son diminutif: "Trane" mais par modestie il n'ose pas appeler cet album "Blue Trane", lui préférant le plus ludique "Blue train" ! Finalement le nom convient parfaitement, tellement l'album est plein de groove et semble lancé à la folle vitesse d'un train en ligne droite, tiré par la puissante locomotive John Coltrane !

Ce qui intrigue également c'est la maison de disque. Blue Note est la référence incontournable pour tout ce qui concerne la jazz moderne à l'époque, et pourtant c'est le seul enregistrement de Coltrane pour la prestigieuse major... C'est que, pour Coltrane, les choses se passent souvent différemment de l'habitude, sans effort, sans presque demander, l'improbable arrive naturellement comme une évidence. Lion est le fondateur et le patron de Blue note, il rencontre Coltrane lors d'un rendez-vous, ils discutent musique, de Sidney Bechet que Coltrane étudie au soprano. Contre toute attente, la semaine suivante, le saxophoniste signe chez "Prestige" qui a déjà publié nombre d'albums où il joue, souvent en tant que sideman, même si plus tard on rééditera tous ces albums sous son nom à lui... A l'époque John Coltrane jouait dans l'orchestre de Thélonious Monk, c'est donc au Five Spot, où Monk est comme chez lui, que Lion alla rencontrer Coltrane pour lui demander d'enregistrer un album en tant que leader. Celui-ci obtint l'accord de Prestige, c'est ainsi que naîtra le premier grand classique de Coltrane: "Blue train" !

Déjà on y entend quelques grandes caractéristiques du son Coltranien, l'étendue du registre d'abord, trois octaves complètes et toujours la même puissance et la même clarté, tant dans les sons graves que dans les sons aigus. Coltrane a passé beaucoup de temps à travailler et à choisir les anches et le bec du sax pour affiner ce résultat, son instrument est un Selmer Mark VI fabriqué en France, à Mantes, dans un alliage spécial de laiton et la fabrication est manuelle. Son travail harmonique est également remarquable, il est très en avance à l'époque et le restera car sa recherche est continuelle, quitte à, parfois, forcer l'admiration mais aussi susciter l'incompréhension.
Cet album n'est que l'un des premiers jalons, il en suivra d'autres comme le remarquable "Giant steps" qui sera l'étape suivante la plus remarquable en février 1960...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1522 fois
9 apprécient

xeres a ajouté cet album à 2 listes Blue Train

Autres actions de xeres Blue Train