Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Avis sur

Waka/Jawaka par XavierChan

Avatar XavierChan
Critique publiée par le

Comme son homologue Just Another Band From L.A, Waka/Jawaka étire son entrée. Plus écoutable que Billy The Mountain qui, entre nous, se fichait du monde sur près d'une demi-heure, Big Swifty convoque les fantômes du free jazz et les guitares électriques agressives de lointains sorciers soniques. Elles se répondent avec style et expriment une certaine idée du nouveau virage emprunté par Zappa. On n'a jamais été aussi proche du film noir, dans une improvisation qui confine au génie de la mesure, de la structure, du tempo toujours juste. Frank Zappa devient chef d'orchestre et sait à présent mieux tenir les ficelles que sur Lumpy Gravy, disque orchestral qui manquait de crédibilité à cause de ses plages de dialogues surréalistes et totalement nulles.

Si le reste peut paraître décousu, il faudra attendre le beau solo de la pedal steel guitar de Sneeky Pete Kleinow pour comprendre où Zappa veut nous emmener. Aux frontières du jazz et du rock, Waka / Jawaka confirme la concision du projet, quatre morceaux, quatre univers délicieux et solaires. Délaissant les collages martiens et parodiques pour se concentrer sur une approche nouvelle du jazz, le chef d'orchestre moustachu combine avec réussite les guitares, cuivres et synthétiseurs moog pour un résultat acidulé, planant et complexe. Tendez l'oreille, vous aurez aussi ce solo de guitare unique qu'on attend à chaque album depuis Hot Rats.

Pas le meilleur album en fauteuil roulant de l'Histoire, cet honneur revenant à Robert Wyatt avec Rock Bottom, mais suffisamment euphorisant pour lui donner un peu de son temps.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 208 fois
2 apprécient

Autres actions de XavierChan Waka/Jawaka